La bourse ferme dans 5 h 15 min
  • CAC 40

    5 600,69
    -11,00 (-0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 590,47
    -9,08 (-0,25 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2074
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    1 832,20
    +2,30 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    29 765,34
    -118,17 (-0,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    696,84
    -38,30 (-5,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,35
    -0,01 (-0,02 %)
     
  • DAX

    13 794,02
    +6,29 (+0,05 %)
     
  • FTSE 100

    6 728,03
    -7,68 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 242,21
    -276,97 (-0,97 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • GBP/USD

    1,3545
    -0,0038 (-0,28 %)
     

Le cri d'alarme d'HelloAsso, la start-up qui aide les associations

·2 min de lecture

Léa Thomassin, diplômée de l’Essca, a créé avec Ismaël Le Mouël en 2009 cette start-up bordelaise qui facilite les transactions de quelque 135.000 associations. Sans prélever de commissions. Elle est l'invitée du Club entrepreneurs Challenges - Grant Thornton.

Challenges - En pleine crise, comment vont les associations?

Léa Thomassin - Il en existe 1,5 million en France, et 30% se disent inquiètes pour leur pérennité économique. Beaucoup ont enregistré une baisse importante de revenus: elles ne peuvent plus organiser d’activités et le nombre d’adhésions a baissé, car les gens craignent de s’engager. Au même moment, celles qui agissent pour les personnes en situation de grande précarité font face à une recrudescence d’activité.

Comment les aidez-vous?

Lors du premier confinement, nous les avons aidées . Beaucoup sont loin du digital. Nous avons formé en ligne un peu plus de 8.000 associations à l’utilisation d’outils numériques. Ensuite, avec d’autres acteurs de la collecte comme KissKissBankBank ou , nous avons lancé la plateforme doncoronavirus.org pour valoriser les associations mobilisées dans la crise. HelloAsso y a collecté près de 10 millions d’euros.

Habituellement, quel est votre rôle?

Nous sommes la solution de paiement numérique des associations, à travers cinq outils: les collectes de dons, les campagnes de crowdfunding, le recueil des adhésions et cotisations, l’organisation de billetteries en ligne et la vente en ligne. C’est entièrement gratuit pour elles.

Vous avez un modèle étonnant, instauré sur la générosité…

Nous ne voulions pas prélever de commission. Nous avons choisi la contribution volontaire, inspirée des Etats-Unis. Notre entourage nous disait: les Français n’ont pas la culture du pourboire et sont radins. En réalité, un peu plus d’une personne sur deux donne, une somme d’environ 2 euros. Notre modèle se rapproche de celui des associations, où ce sont les membres qui contribuent. L’entreprise est rentable depuis cette année avec un chiffre d’affaires en forte croissance, de 5 millions d’euros.

Vous êtes devenue présidente d’HelloAsso il y a un an. Pourquoi?

Le duo avec Ismaël fonctionnait très bien. Mais il ressentait de l’essoufflement, une envie de se ressourcer. Et il était convaincu qu’H[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi