La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,72 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +0,10 (+0,01 %)
     
  • BTC-EUR

    43 159,37
    -893,19 (-2,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,04 (-0,06 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,12 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,83 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,17 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,21 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Le cri du coeur des magistrats contre leurs conditions de travail

·2 min de lecture

Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti doit recevoir d'ici la fin de la semaine des signataires de la tribune, indique-t-on à la Chancellerie. Une main tendue qui n'apaise pas les tensions.

C'est "un mouvement de fond", le signe d'un système judiciaire "au bord de la rupture". La continue d'agréger de nouveaux signataires, des juges, substituts ou greffiers unanimes dans leur dénonciation d'un mal être grandissant. "Nous ne voulons plus d'une justice qui n'écoute pas, qui raisonne uniquement en chiffres, qui chronomètre tout et comptabilise tout", dit cet appel déjà validé par plus de 3.280 de magistrats sur les 9.090 de la profession. "C'est un tiers du corps, c'est énorme, c'est un mouvement de fond" qui traduit combien "on est au bout du système", commente Ludovic Friat, secrétaire général de l'Union syndicale des Magistrats (USM).

Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti doit recevoir d'ici la fin de la semaine des signataires de la tribune, indique-t-on à la Chancellerie. Une main tendue qui n'apaise pas les tensions. "Le ministre crie sur tous les toits que la justice est +réparée+ et que l'on n'est pas loin du +bon chiffre+ concernant le nombre de magistrats, alors que chacun constate l'inverse en juridiction", critique ainsi le syndicat de la magistrature (SM) dans un communiqué.

Une multiplication des arrêts maladie

Dans la tribune, les magistrats citent des audiences surchargées, des dossiers classés sans suite ou l'obligation de traiter des affaires de divorce "en quinze minutes" sans pouvoir donner la parole aux parties. Il en découle selon eux une multiplication des arrêts maladie, "tant chez les nouveaux magistrats que chez les magistrats plus expérimentés". Aucun chiffre ne vient étayer ces dires, le CHSCT-ministériel ne disposant d'indicateurs fiables d'arrêts maladie ou de maladies professionnelles. Mais "l'impression d'être abandonnés et de ne pas pouvoir remplir nos missions" n'en demeure pas moins réelle, assure Ludovic Friat.

Le collectif en veut pour preuve le suicide fin août de leur collègue Charlotte, 29 ans, après deux années "éprouvantes" à être "envoyée de tribunaux en tribunaux pour compléter les effectifs des juridictions[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles