La bourse est fermée

Crash du Boeing 737 ukrainien: l'Iran reconnaît avoir abattu l'avion et parle d'"erreur impardonnable"

L'état-major des forces armées iraniennes a reconnu ce samedi 11 janvier qu'une "erreur humaine" était à l'origine de la catastrophe du Boeing 737 d'Ukrainian Airlines. L'appareil, dans lequel 176 personnes ont été tuées, a été pris pour un "avion hostile" et a été "touché" alors que les menaces ennemies étaient au plus haut niveau, peut-on lire dans ce communiqué publié par l'agence officielle Irna. L'Iran regrette "profondément" ce crash, "une grande tragédie et une erreur impardonnable", a de son côté déclaré le président iranien Hassan Rohani. "L'enquête interne des forces armées a conclu que de manière regrettable des missiles lancés par erreur ont provoqué l'écrasement de l'avion ukrainien et la mort de 176 innocents", a estimé Rouhani sur Twitter, ajoutant que "les investigations se poursuivent pour identifier et traduire en justice", les responsables

La catastrophe, qui a entraîné la mort de 176 personnes, majoritairement des Iraniens et des Canadiens, a eu lieu peu de temps après le décollage de l'appareil depuis l'aéroport international de Téhéran. Le crash a eu lieu quelques heures après le tir de plusieurs missiles iraniens visant deux bases hébergeant des militaires américains en Irak, en réaction à la mort du général iranien Soleimani quelques jours plus tôt dans une frappe américaine. "Toute la défense antiaérienne iranienne devait être sur des charbons ardents" dans l'attente d'une éventuelle riposte américaine, fait valoir un expert français.

Une "erreur humaine en des temps de crise causée par l'aventurisme américain"

Une "erreur humaine en des temps de crise causée par l'aventurisme américain a mené au désastre", a tweeté le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. Des précédents existent. Le 3 juillet 1988, un Airbus de la compagnie nationale Iran Air a été abattu par deux missiles d'un croiseur américaine patrouillant dans le détroit d'Ormuz, qui l'avait pris pour un chasseur iranien animé d'intentions hostiles. Dès jeudi, le

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les 90 km/h vont revenir aussi en Seine-et-Marne
Pesticides : la SNCF devra sortir du glyphosate, même si ça aura un coût, avertit Borne
Une guerre avec l’Iran déstabiliserait le monde entier, avertit le Japon
Total, le géant du pétrole génère beaucoup de cash : le conseil Bourse du jour
Carlos Ghosn veut toucher sa retraite et attaque Renault en justice