Marchés français ouverture 3 h 17 min
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 774,03
    -90,29 (-0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,1906
    -0,0018 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    28 708,93
    -389,36 (-1,34 %)
     
  • BTC-EUR

    42 334,80
    +270,38 (+0,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 019,50
    +76,33 (+8,09 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     

Crash aérien : cet étrange "effet tunnel" qui paralyse les pilotes

Olivier James

Que s'est-il passé dans la tête du copilote de l'A320 de la Germanwings ? L'enquête ne permet pas encore de le savoir. Dans leurs laboratoire, des scientifiques mettent au point des technologies numériques qui pourraient contrecarrer des comportements irrationnels, intentionnels ou non.

Comme si plus rien autour n’existait. L’alarme a beau retentir de manière assourdissante, les indicateurs du tableau de bord alerter sur le péril qui se profile, les pilotes restent prostrés aux commandes de l’appareil. Ce genre de situation peut expliquer une partie des accidents d’avions (dont les trois-quarts sont imputables à des facteurs humains). La question de la détection du comportement irrationnel des pilotes d’avion commence à être prise au sérieux par les industriels.

"Il a été prouvé que les pilotes pouvaient persister dans leurs erreurs et avoir un comportement pathologique débilitant, explique Frédéric Dehais, enseignant chercheur au sein de l’école d’ingénieurs ISAE-Supaero, à Toulouse. On a constaté qu’ils souffraient dans ces moments-là d’une lésion transitoire pré-frontale, conduisant à l’apparition de mécanismes prédateurs ancestraux." Verdict de ce spécialiste du facteur humain et de la neuroergonomie dans l’aéronautique : "Les pilotes peuvent être victimes d’un effet de tunnelisation de leur attention." Un phénomène qui peut être vécu par chacun d’entre nous, explique le chercheur. Regarder cette vidéo permet de comprendre le phénomène :

Des neurosciences au traitement du signal

Autrement dit, en cas de panique, le cerveau passe dans un "tunnel cognitif". Les pilotes se focalisent alors sur un élément, en oubliant tout le reste, et voient leurs capacités à prendre les bonnes décisions réduites.



... Lire la suite sur UsineNouvelle.com