La bourse est fermée

Crash du 737 Max : les pilotes mal formés selon l’enquête éthiopienne

La formation conçue par Boeing pour les pilotes du 737 MAX, dont un appareil de la compagnie Ethiopian Airlines s'est écrasé le 10 mars 2019 près d'Addis Abeba, a été jugée "inadéquate" par le rapport d'enquête intérimaire sur ce crash publié lundi par le ministère des Transports éthiopien. "La différence de formation entre le B737NG (nouvelle génération) et le B737 MAX, fournie par le constructeur, apparaît inadéquate", relève le rapport publié à la veille du premier anniversaire de l'accident.

Le 10 mars 2019, six minutes après son décollage d'Addis Abeba, le vol ET302 à destination de Nairobi s'était écrasé dans un champ au sud de la capitale éthiopienne, tuant sur le coup les 157 passagers et membres d'équipage. Cet accident était survenu moins de cinq mois après celui de la compagnie indonésienne Lion Air qui a fait 189 morts dans des conditions similaires. C'est principalement le dysfonctionnement du système anti-décrochage MCAS, spécialement conçu pour compenser des moteurs plus lourds, qui a été mis en cause.

Série noire pour Boeing

Dans un rapport d'étape publié en avril 2019, les enquêteurs éthiopiens avaient souligné que les pilotes du vol ET302 avaient respecté les procédures recommandées par Boeing mais n'avaient pas été en mesure de reprendre le contrôle de l'appareil qui avait soudainement piqué du nez. Dans leur rapport intérimaire diffusé lundi, ils estiment que la conception du système MCAS "le rend vulnérable à une activation indésirable". Plus précisément, le rapport souligne le fait que le système peut être activé par un seul des capteurs de mesure de l'angle d'attaque de l'appareil.

Le rapport recommande que les simulateurs de vol soient conçus de telle sorte qu'ils puissent simuler des scénarios dans lesquels les données de l'angle d'attaque de l'appareil sont erronées. Vendredi, la commission des Transports du Congrès américain avait jugé que le 737 MAX de Boeing était un avion "fondamentalement défectueux et dangereux".

Le 737 MAX est cloué au sol

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La facture salée des ruptures conventionnelles des fonctionnaires
Une réduction d'impôt pour les bénévoles, pas de remboursement de certains billets d’avion malgré le coronavirus… Le flash éco du jour
Coronavirus : alarmés par la toux d'un voisin, des passagers demandent à ce que l'avion se pose en urgence
La surprenante aventure de Dominique de Villepin et son fils à Hong Kong
La mairie revend son château à un patron pour la moitié de son prix d’achat