Crédit agricole : Après la Grèce, l’Italie pourrait causer des pertes, évitez

Quelques semaines après avoir éteint le foyer de pertes Emporiki, au prix de plusieurs milliards d’euros, Crédit agricole est de nouveau en situation de crise. Cette fois, les mauvaises nouvelles viennent d’Italie : sa branche locale de crédit à la consommation, Agos Ducato, est confrontée à un gonflement des provisions pour mauvaises créances (15,1% au troisième trimestre, contre 12,1% à la fin 2011, soit près du double du taux affiché en France).

Selon Reuters, la banque verte a ainsi été contrainte de provisionner 572 millions d’euros le mois dernier dans sa filiale et la probabilité est grande qu’elle soit de nouveau amenée à passer des provisions au cours des prochains trimestres. En effet, le ralentissement économique et la montée du chômage en Italie pèsent mécaniquement sur les revenus des activités de crédit à la consommation, un marché par ailleurs ultraconcurrentiel.

Dans ce contexte, le remaniement de l’équipe dirigeante de la filiale en juin dernier n’est sûrement pas un bon présage. Il faut dire que les enjeux sont considérables car Agos Ducato gère près de 19 milliards d'euros d'encours, soit à peine moins que la filiale grecque Emporiki tant controversée (22 milliards).

Vulnérable économiquement et politiquement, l’Italie pourrait bien être le nouveau talon d’Achile de Crédit agricole. Nous recommandons donc de rester à l’écart de la valeur.

Retrouvez cet article sur capital.fr