Marchés français ouverture 4 h 7 min
  • Dow Jones

    31 270,09
    -121,43 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    12 997,75
    -361,04 (-2,70 %)
     
  • Nikkei 225

    28 933,45
    -625,65 (-2,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,2057
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    29 148,49
    -731,93 (-2,45 %)
     
  • BTC-EUR

    41 426,72
    +748,37 (+1,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    998,92
    +10,82 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    3 819,72
    -50,57 (-1,31 %)
     

Une crêperie part en guerre contre Uber Eats pour commandes impayées

·2 min de lecture

Un restaurateur de Cergy-Pontoise a engagé depuis plusieurs mois un bras de fer avec Uber Eats. La raison ? Anthony Ferré reproche au géant de la livraison de repas à domicile de ne pas lui avoir payé les plats commandés par ses clients, relate Le Parisien. Comme beaucoup de ses collègues, le restaurateur avait fait appel aux services de la plateforme américaine pendant le premier confinement. "Nous étions bien obligés… Il n'y avait pas vraiment d'autre solution, il fallait absolument faire de la livraison", explique-t-il.

Le patron de Label Crêpe Bistro débourse alors 900 euros pour créer un compte sur Uber Eats pour ses deux restaurants. Le succès est au rendez-vous. Anthony Ferré est content du service et décide de poursuivre l'aventure malgré la réouverture de ses établissements. Comme le précise le règlement de la plateforme, le restaurateur était censé percevoir une fois par semaine le montant des commandes de ses clients auquel est soustrait la TVA et les 30% de commission.

>> A lire aussi - Uber accuse des pertes massives mais Uber Eats fait un carton

Problème, en vérifiant ses comptes à la fin de l'été, Anthony Ferré s'aperçoit que les sommes reçues d'Uber ne sont pas correctes. "Ils ont cessé de me payer pour Cergy à partir de début août", précise-t-il au quotidien francilien. Depuis, plus aucune somme ne lui a été versée. Il décide alors de contacter Uber Eats, mais se heurte à un mur, tout étant dématérialisé sur la plateforme. Malgré ses dizaines de messages, il ne reçoit que des réponses automatiques. Quant aux rendez-vous téléphoniques, ils n'ont jamais réussi à solutionner le problème.

>> A lire aussi - Big Fernand, Bagelstein, Uber Eats... les meilleures enseignes de la restauration et du tourisme

Jusqu'au 29 janvier dernier où il reçoit un mail lui indiquant que son compte a tout simplement été désactivé. Sans raison. Sauf qu'Uber Eats lui doit encore 665 euros. Contactée par Le Parisien, la plateforme indique devoir répondre " à des normes élevées en (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Airbus : l’aéronautique en Occitanie a une bonne visibilité, juge la Banque de France
Affaire GameStop : le gendarme de la Bourse appelle à la vigilance en France
L’Oréal fait un carton en Chine et dans le e-commerce : le conseil Bourse du jour
Après 15 cas de Covid-19, Conforama ferme un site, FO dénonce une “décision tardive”
Ces quinze patrons ont empoché 19 milliards d’euros en 2020