Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 133,48
    -447,25 (-0,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Les crédits immobiliers sur 30 ans sont de retour : la fausse bonne idée des banques

Nemchinowa

Trois nouvelles sur le front des crédits immobiliers : d’abord la fin de la hausse des taux directeurs et par conséquent des taux pratiqués par les banques auprès des particuliers, ensuite le retour des principaux établissements sur le financement de l’achat des logements, enfin le retour de durées de crédit jusqu’à trente ans. Les premiers constats sont d’évidence heureux pour les ménages français. On peut émettre un doute pour le dernier.

Même si elles ne l’ont jamais vraiment reconnu, les banques de notre pays étaient réticentes depuis au moins un an à prêter aux candidats à l’accession à la propriété comme aux investisseurs. Elles s’abritaient volontiers derrières des contraintes règlementaires, certes réelles mais n’expliquant pas leur approche extrêmement prudente. Ainsi, on ne peut nier que les critères du Haut conseil de stabilité financière (HCSF), édictés en novembre 2019, bien avant la pandémie et bien avant l’inflation, aient fermé la distribution des crédits, en privant les prêteurs de l’appréciation discrétionnaire des dossiers et en les contraignant à 35% maximum de taux d’effort et à 25 ans, voire 27 dans les cas de travaux lourds ou encore d’achats de logements à construire. On sait également que le taux d’usure, lorsqu’il était trimestriel et ne suivait pas la hausse rapide des taux, empêchait purement et simplement d’emprunter si l’addition du prix de l’argent, de l’assurance emprunteur et des frais de montage de dossier dépassait la limite autorisée. La mensualisation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Passoires thermiques : pourquoi les travaux de rénovation coûtent plus cher pour les studios
Location : après avoir essuyé une centaine de refus, ils font appel à des chasseurs d’appartement
Un outil de gestion locative en ligne complet pour vous assister
Je vends ma maison : suis-je obligé de faire réaliser un audit énergétique ?
Je suis seul propriétaire de mon logement : dois-je avoir l’accord de mon épouse pour vendre ?