La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 986,32
    +172,06 (+0,56 %)
     
  • Nasdaq

    13 176,88
    +178,38 (+1,37 %)
     
  • Nikkei 225

    28 633,46
    +391,25 (+1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,2129
    +0,0045 (+0,38 %)
     
  • HANG SENG

    29 642,28
    +779,51 (+2,70 %)
     
  • BTC-EUR

    30 573,97
    +400,98 (+1,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    733,84
    +18,65 (+2,61 %)
     
  • S&P 500

    3 801,56
    +33,31 (+0,88 %)
     

Crédits à la consommation : face au risque de défauts, l'UE appelée à l'aide

Source AFP
·1 min de lecture
L'association prévoit une augmentation des défauts de paiement de 40 % en 2021.
L'association prévoit une augmentation des défauts de paiement de 40 % en 2021.

La crise sanitaire et économique sera passée par là. En 2021, l'UFC-Que choisir s'attend à ce que les défauts de paiement des crédits à la consommation augmentent nettement. Dans un communiqué publié mercredi 16 décembre, l'association de consommateurs appelle donc l'Union européenne à la rescousse pour éviter un drame. Elle lui demande d'obliger les établissements bancaires à proposer plus rapidement des mesures de restructuration de dettes à leurs clients qui se trouveraient alors en défaut de paiement sur ces crédits.

« Face à la déferlante attendue des difficultés de remboursement des crédits à la consommation », explique l'UFC-Que choisir, elle « appelle les législateurs européens à contraindre les banques à proposer une mesure de restructuration dès le deuxième incident de remboursement et, en tout état de cause, avant la cession éventuelle d'un crédit douteux ».

Une augmentation de 40 % à prévoir en 2021

Selon ses calculs, « les crédits conso en défaut pourraient, selon nos estimations, dépasser les 12 milliards d'euros (+ 40 %) en 2021 », poursuit l'association, pour laquelle « les établissements de crédit ont une responsabilité majeure dans la gestion de ces impayés afin d'éviter que les emprunteurs ne basculent dans le surendettement ». En outre, ils « doivent d'urgence leur proposer des solutions pérennes » car « les moratoires accordés au printemps sont, pour les deux tiers, arrivés à échéance en novembre », explique encore l'association, qui redo [...] Lire la suite