Marchés français ouverture 5 h 7 min
  • Dow Jones

    34 053,94
    -39,02 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 200,82
    +384,50 (+3,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 518,75
    +116,70 (+0,43 %)
     
  • EUR/USD

    1,0892
    -0,0019 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    21 472,67
    -485,69 (-2,21 %)
     
  • BTC-EUR

    21 550,34
    -570,16 (-2,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    534,84
    -10,48 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 179,76
    +60,55 (+1,47 %)
     

Crédit immobilier : le taux d’usure sera révisé chaque mois entre le 1er février et le 1er juillet

© GARO / Phanie / Phanie via AFP

Cette fois-ci c’est acté : à partir du 1er février, le taux d’usure – qui fixe le taux maximal auquel les banques sont autorisées à prêter –, sera publié chaque mois et non chaque trimestre, a annoncé vendredi matin la Banque de France.

Ce changement était pressenti depuis une semaine et une réunion entre la banque centrale et les représentants des banques et des courtiers. Cette révision mensuelle sera effective dès le mois prochain et s’appliquera jusqu’au 1er juillet. En revanche, le calcul du taux d’usure sera toujours basé sur les taux des crédits immobiliers appliqués lors du trimestre précédent. Cette décision a été soutenue ces derniers jours par Bercy, qui doit donner son aval pour l’entrée en vigueur de la modification. Un arrêté doit être publié dans les prochains jours pour officialiser la mesure.

Un ajustement qui va lisser la hausse du taux

La Banque de France explique ce changement car elle a observé ces derniers mois « des variations dans la répartition de la distribution du crédit. Certains dossiers, dans l’attente de la prochaine hausse trimestrielle significative du taux d’usure, sont ainsi reportés au début du trimestre suivant. » Avec la remontée rapide des taux de crédit, plusieurs dossiers n’étaient plus finançables car ils dépassaient trop facilement le taux d’usure. Cette modification temporaire permettra ainsi de lisser la remontée du taux d’usure tout en protégeant les emprunteurs d’une hausse trop forte.

Lors de la dernière réactualisation au 1e...


Lire la suite sur LeJDD