La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,26 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    29 971,00
    -126,78 (-0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -200,97 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,14 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,08 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +77,00 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Crédit immobilier : la règle de 35% d'endettement va éviter des « refus insensés »

Benoît LETY
·1 min de lecture

« Aujourd’hui les taux n’ont jamais été aussi bas, nous sommes repassés sous la barre des 1% mais malheureusement tous les emprunteurs n’en profitent pas, explique Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com. De nombreux dossiers, et plus particulièrement ceux des primo-accédants sans apport et ceux des petits investisseurs, sont refusés parce qu’ils dépassent très légèrement les 33% d'endettement et qu’ils ne disposent pas d’épargne pour compléter. »

Une situation due aux importantes restrictions prises l’an passé par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), organisme rassemblant notamment les régulateurs bancaire et financier (ACPR et ACPR) sous l’égide du ministre de l’Économie et des Finances.

Plusieurs études confirment que ces recommandations ont empêché – sauf exception, les banques disposaient d’une marge de 15% de dossiers hors critères – des foyers modestes de devenir propriétaires en 2020. Maël Bernier ajoute par exemple que « les taux de refus ont doublé en un an » dans son enseigne. Le HCSF n’a pas voulu lever ces restrictions, face aux risques d’impayés d’échéances de prêts immobiliers en 2021. Mais elles sont assouplies, avant d’être inscrites dans la réglementation bancaire à l’été 2021.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Frais bancaires : êtes-vous la cible de la hausse des tarifs de 2021 ?
- Taux 2020 de l'assurance vie : le Crédit Mutuel va-t-il donner le « la » ?
- MaPrimeRenov' : les primes versées avant fin décembre