Marchés français ouverture 5 h 2 min
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,68 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,31 (+0,95 %)
     
  • Nikkei 225

    27 473,75
    +91,19 (+0,33 %)
     
  • EUR/USD

    1,0873
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    22 489,96
    -198,94 (-0,88 %)
     
  • BTC-EUR

    21 749,73
    +335,68 (+1,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    536,84
    +19,84 (+3,84 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     

Crédit immobilier: légère amélioration alors que les taux augmentent

AFP/Archives - Jacques DEMARTHON

Malgré l’augmentation du taux d’usure au 1er janvier, la distribution du crédit immobilier reste restreinte. Car les banques ont relevé leurs taux d’intérêt.

Depuis le 1er janvier, les taux d’usure, ces taux légaux fixés par la Banque de France au-delà desquels les banques ne peuvent pas prêter, ont augmenté: pour le premier trimestre de l’année 2023, "ils s’élèvent à 3,57% pour les crédits immobiliers sur 20 ans et plus, contre 3,05% au trimestre précédent, et à 3,53% pour les prêts entre 10 et 20 ans, contre 3,03% auparavant", rappelle Ludovic Huzieux, co-fondateur du réseau Artémis courtage. A priori, une bonne nouvelle pour ceux qui attendent le feu vert de leur banque pour pouvoir emprunter et concrétiser leur projet immobilier.

Mais l’embellie est de courte durée: les banques ont profité du début d’année pour augmenter leurs taux d’intérêt. "Les barèmes affichent des hausses de taux record sur un mois, de 0,30 point en moyenne mais jusqu’à 0,50 point dans une banque, constate Julie Bachet, directrice générale du courtier en ligne Vousfinancer.com. En un an, par rapport à janvier 2022, les taux affichés ont plus que doublé, avec des hausses de 1,30 point en moyenne sur 12 mois, une envolée inédite tant par son ampleur que sa rapidité." Les taux d’intérêt atteignent ainsi des niveaux inédits "depuis fin 2015", compris entre 2,50 et 3% sur 20 ans, et entre 3 et 3,5% sur 25 ans selon les banques.

Des conditions d'octroi très encadrées

Les meilleurs profils d’emprunteurs, qui peuvent obtenir les taux les plus bas et ayant recours à une délégation d’assurance (le dispositif a été renforcé l’an dernier par la loi Lemoine), peuvent passer entre les fourches caudines des banques. Ainsi selon le courtier Cafpi, pour les primo-accédants, l’obtention des prêts a été conditionnée "par une nette hausse du revenu annuel moyen, passé en un an de 46.457 euros pour un couple à 49.077 euros au deuxième semestre 2022", tandis que l’apport personnel moyen a "bondi sur la même période de 51.438 euros à 60.028 euros".

Lire aussiChanger d’assurance emprunteur fait économiser 10.000 euros en moyenne

Mais pour de nombreux emprunteurs, c’[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi