Publicité
La bourse ferme dans 7 h 33 min
  • CAC 40

    8 020,44
    +38,93 (+0,49 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 933,57
    +19,44 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    37 753,31
    -45,66 (-0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0685
    +0,0010 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    2 390,60
    +2,20 (+0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 295,29
    -2 215,50 (-3,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,07
    -0,62 (-0,75 %)
     
  • DAX

    17 807,20
    +37,18 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 884,26
    +36,27 (+0,46 %)
     
  • Nasdaq

    15 683,37
    -181,88 (-1,15 %)
     
  • S&P 500

    5 022,21
    -29,20 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    38 079,70
    +117,90 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    16 425,87
    +174,03 (+1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2474
    +0,0018 (+0,14 %)
     

Crédit immobilier : «Il faut que les banques puissent s’affranchir de la règle des 35% d’endettement»

Getty / Colors Hunter - Chasseur de Couleurs

Faciliter l’accès au crédit immobilier pour les ménages. C’est l'objectif du député des Landes Lionel Causse (Renaissance) qui a déposé une proposition de loi visant à compléter les dispositions applicables au Haut Conseil de stabilité financière (HCSF). Le texte, co-signé par 18 députés des groupes Renaissance et Horizons et apparentés, prévoit notamment d’intégrer des parlementaires dans la gouvernance du HCSF, institution placée sous l’égide de Bercy qui régit notamment les règles d'accès au crédit immobilier. La proposition de loi vise également à permettre aux établissements bancaires de s'affranchir de la règle des 35% d’endettement maximum, pour les dossiers ne comportant pas de risque de surendettement. Lionel Causse explique les enjeux de cette proposition de loi pour Capital. Entretien.

Le premier article de votre proposition de loi vise à modifier la composition du Haut Conseil de stabilité financière. Pourquoi ?

Lionel Causse : C’est un sujet que j’ai évoqué avec de nombreux acteurs du logement. Ils me font remonter que personne n’est au courant des débats menés par le HCSF. Des décisions sont prises mais on ne sait pas trop sur quels arguments s’appuie la gouvernance. Je pense que c’est important d’avoir un représentant de l’Assemblée nationale et du Sénat au sein de la gouvernance de la HCSF. Je ne suis pas fermé à faire entrer d’autres professionnels de l'immobilier au sein de l’instance. Nous aurons ces débats à l’Assemblée.

Pourquoi voulez-vous assouplir la règle (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Investissement locatif : après le squat, ce nouveau fléau pourrit la vie des propriétaires
Contester un diagnostic immobilier : vos droits et recours en cas de doute sur sa fiabilité
Immobilier : est-il possible de remplacer les meubles dans une location meublée ?
Logement : «Les mesures du gouvernement pour simplifier la construction ne sont pas à la hauteur de l’enjeu»
Toulouse : il dépense 300 000 euros pour un appartement inhabitable