La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    29 086,15
    -139,46 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    0,9790
    -0,0029 (-0,29 %)
     
  • Gold future

    1 672,80
    +4,20 (+0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    20 170,78
    +148,60 (+0,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    451,15
    +7,72 (+1,74 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,86
    -1,37 (-1,69 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 750,73
    +13,22 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    3 634,84
    -5,63 (-0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1129
    +0,0005 (+0,05 %)
     

Crédit immobilier: coup de chaud sur les taux d'intérêt avec la flambée de l'inflation

·2 min de lecture

Face à la poussée de l’inflation, les banques continuent de relever les taux d’intérêt des prêts immobiliers. Avec le resserrement des conditions d'octroi des prêts, il devient plus compliqué d'emprunter.

La période faste des taux de crédit à moins de 1%, c’est fini! Les emprunteurs qui veulent financer un projet immobilier vont devoir payer plus cher: le mois d’avril enregistre une hausse des taux d’intérêt plus rapide que prévue, après . Alors que , à 4,5% sur un an selon l’Insee, en raison de par la , ce qui a fait flamber les prix de l’énergie et de certaines matières premières, l’OAT 10 ans (le taux d'intérêt des emprunts d'État français) est remontée en flèche, , une situation inédite depuis… 2017! Cet emprunt d’Etat sert de référence pour fixer le niveau des taux des prêts immobiliers.

Et ceux-ci ont donc augmenté, "de 0,15 à 0,45 point selon la durée d’emprunt et le profil des emprunteurs", constate le courtier Meilleurtaux. Les taux moyens proposés, hors assurance, s’élèvent actuellement "à 1,25% sur 15 ans, 1,45% sur 20 ans et 1,65% sur 25 ans", indique Sandrine Allonier, directrice des études du courtier Vousfinancer. Mais des écarts significatifs sont encore proposés selon les niveaux de revenus des emprunteurs. Ainsi, selon le courtier Pretto, sur 15 ans, les taux varient de 1,53% pour ceux qui gagnent moins de 40.000 euros annuels à 1,18% pour ceux qui perçoivent plus de 80.000 euros par an. Sur 20 ans, les taux peuvent passer de 1,62% à 1,29% et sur 25 ans, de 1,77 % à 1,44%.

Les ménages les plus modestes pénalisés

Cette augmentation du coût du crédit est une difficulté supplémentaire pour les emprunteurs car les banques appliquent les: pas plus de 35% d’endettement et pas de durée de prêt de plus de 25 ans. "La hausse des taux pourrait aggraver les effets d’éviction que nous observons déjà sur les ménages aux revenus modestes consécutifs aux restrictions du HCSF", s’inquiète Olivier Lendrevie, président du courtier Cafpi.

De fait, la hausse des taux entraîne une augmentation des mensualités et du coût total du crédit, à durée d’emprunt constante. Il faut donc gagner plus pour prétendre au même emprunt. Ainsi, selon les calculs de Vousfinancer, pou[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi