La bourse ferme dans 4 min

Crédit immobilier : les banques pousse-au-crime ?

Les débats d’experts comme les articles de presse sont obsédés par deux miracles, qu’on n’aurait pas imaginés il y a encore dix ans : les taux d’intérêts proches de zéro et le cap franchi du million de transactions en France dans le logement existant. On se gargarise à l’envi de ces deux nouvelles inespérées. C’est au point que les rares messages qui nuancent la liesse collective sont inaudibles : comment voulez-vous faire entendre que le patient est malade quand il donne tous les signes de la grande santé ? Qui plus est, à bien y regarder, il les donne depuis plusieurs années : le prix de l’argent pour acheter de l’immobilier ne cesse de baisser depuis une décennie et le nombre de reventes ne cesse de croître. Certes, on s’est bien plaint à quelques moments de voir baisser la proportion de ceux qui acquièrent pour la première fois, les fameux primo-accédants - le nom est affreux, mais c’est ainsi qu’on les nomme dans le jargon de la politique du logement -, mais rien de grave au fond puisque cette proportion est remontée pour atteindre près de 50% des dossiers de prêt à ce jour.

Pourtant, le patient est bel et bien atteint et ceux qui se croient vigoureux le sont moins qu’ils ne le pensent. Ce sont les autorités bancaires qui ont troublé la fête la semaine dernière, par un avertissement qui a pu passer inaperçu dans le concert de louanges faites au marché immobilier. À y regarder de près, les notaires eux-mêmes, qui ont présenté les chiffres officiels du nombre d’opérations réalisées au cours de l’année 2019, ont discrètement assorti leur propos statistique de nuances de fond... et il faut parler "notaire", si vous me passez l’expression, pour déceler les réserves : ils considèrent que les prix des grandes métropoles de notre pays sont inaccessibles à la plupart de nos concitoyens. Qu’a donc dit le Haut Conseil de stabilité financière, présidé par le ministre des finances et qui réunit en particulier la Banque de France et le Trésor ?

Ces sages, un peu rabat-joie certes,

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce que la réforme des retraites va changer pour vous selon votre profil, notre comparatif des courtiers immobiliers... Le flash éco du jour
Boeing : la production de 737 MAX suspendue dès janvier
La prévision de croissance de la France revue en forte baisse pour 2020
Comment l'US Army pourrait intégrer des cyborgs
Le Luxembourg augmente les tarifs de ses carburants et limite le "tourisme à la pompe"