Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 251,68
    +2 331,31 (+3,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 375,04
    +44,14 (+3,32 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Crédit immobilier : attention aux frais facturés par les courtiers même si vous n’obtenez pas votre prêt

Adobe Stock

Alors que les taux s'envolent ces derniers mois, les courtiers immobiliers se retrouvent dans la tourmente. Selon l'UFC-Que Choisir, des frais abusifs seraient facturés aux clients, et ce, même s'ils n'obtiennent pas DE crédit au bout. Pour compenser la perte de revenus en raison de la chute du nombre de crédits immobiliers octroyés ces derniers mois, certains courtiers auraient trouvé la parade.

Certains d'entre eux, qui font notamment partie du réseau Meilleurtaux, factureraient entre 1.000 et 3.500 euros à leurs clients alors qu'ils n'ont même pas encore souscrit à un prêt. Selon l'article L. 321-2 du Code de la consommation, ces frais ne peuvent être demandés qu’après le déblocage des fonds ou à la signature de l’acte notarié, rappelle l'association de consommateurs.

Pour justifier ces frais, les courtiers évoquent la directive européenne 2014/17, qui leur permet de facturer un service de conseil, indépendamment de la mise en relation entre leurs clients et les banques. Mais ils doivent bien expliquer au préalable à leurs clients que cette facture sera à honorer, même si la demande de crédit est rejetée. "Les deux mandats sont autorisés par la loi. L’avantage pour les clients est que les honoraires du mandat de conseil ne sont pas pris en compte dans le calcul du taux d’usure. Mais peut-être certains professionnels le leur ont-ils mal expliqué", se défend Meilleurtaux, contacté par Que Choisir.

Les plaintes reçues par l'association démontrent un certain manque de transparence, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite