Crédit Agricole : en chargeant la barque, la banque semble avoir fait mouche

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
BELI.PA28,96-1,13
ACA.PA11,380,21

"Fin du nettoyage". Exane BNP Paribas estime que les dépréciations annoncées ce matin par le Crédit Agricole (Paris: FR0000045072 - actualité) devraient permettre aux résultats 2013 de ne pas souffrir d'autres ajustements exceptionnels. Cette analyse rejoint celles d'autres courtiers ce matin, finalement plus soulagés qu'épouvantés par l'accumulation de charges dans les comptes du dernier trimestre 2012. A ce titre, Exane ne change pas ses projections 2013 (un bénéfice par action de 1,05 euro).

Le (Paris: FR0000072399 - actualité) bureau d'études s'attend à ce que les investisseurs s'intéressent désormais davantage aux ratios de solvabilité "Bâle III" de la banque, une fois que le Parlement européen aura validé le paquet CRD4 au cours du 1er semestre 2013. Le modèle "généreux" utilisé par l'analyste laisse entrevoir un ratio de solvabilité Bâle III de 8% pour Crédit Agricole SA, un niveau assez faible par rapport à la moyenne européenne de 10%. "Cependant, nous rappelons aux investisseurs que les régulateurs se concentrent sur le Groupe Crédit Agricole, qui s'est engagé à atteindre 10% cette année", précise le spécialiste, qui pense qu'une augmentation de capital est très peu probable pour Crédit Agricole SA (il assigne moins de 5% à cette éventualité).

Historiquement, l'action a bénéficié d'une prime sur le secteur car son bilan ne constituait pas une source de craintes pour les investisseurs. Dernièrement, le vent a tourné du tout au tout et la complexité de la structure du groupe a joué en sa défaveur. Si l'environnement poursuit sa normalisation, et si Crédit Agricole se montre plus clair sur son niveau de solvabilité selon les nouvelles normes, le marché pourrait revenir sur la valeur, selon Exane, qui pour sa part est encore "neutre" avec une valorisation à 8,20 euros.

A Paris, malgré l'importance des pertes, le titre bondit de 2,5% aujourd'hui à 7,464 euros à la mi-journée, après avoir il est vrai fortement corrigé sur les trois séances précédentes. L'opération vérité semble avoir atteint son but, car les professionnels préfèrent un assainissement important, fut-il l'ultime, présumé, d'une longue série, à la poursuite des incertitudes concernant le dossier.