Marchés français ouverture 6 h 45 min
  • Dow Jones

    33 823,45
    -210,22 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    14 161,35
    +121,67 (+0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    29 018,33
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,1913
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 558,59
    +121,75 (+0,43 %)
     
  • BTC-EUR

    31 957,39
    -670,95 (-2,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    947,30
    -22,57 (-2,33 %)
     
  • S&P 500

    4 221,86
    -1,84 (-0,04 %)
     

La crédibilité de Facebook à l'aune de son irresponsabilité

·2 min de lecture

A chaque nouvelle apparition publique, le PDG de Facebook tente de redorer l'image de plus en plus écornée de sa marque.

Il ne se passe pas une semaine sans que l'on découvre de nouveaux problèmes avec Facebook. Ici, des millions de comptes à ciel ouvert sans que les utilisateurs concernés ne soient prévenus. Là, des commentaires haineux sur une page Starbucks au point de faire réfléchir l'entreprise à sa présence sur la plateforme. Et puis ça passe.

Mark Zuckerberg lâche quelques remarques contrites ne respirant guère la sincérité devant une commission parlementaire ou une assemblée générale, et ça recommence.

Il y a quelques jours, c'est durant une session de questions/réponses face à ses employés du monde entier que le PDG de Facebook a voulu apparaître comme le dirigeant d'une compagnie innovante et responsable dont il va redresser l'image quelque peu écornée. Et encore patatras.

Le mois dernier, un groupe nommé Tech Transparency Project s'est amusé à créer six publicités pour des produits réservés aux adultes - cigarettes, alcool et autres pilules pour maigrir -et a demandé à Facebook de cibler en priorité les 13-17 ans. Quelques heures plus tard, ces publicités étaient toutes acceptées et commençaient à apparaître sur les fils Facebook d'adolescents, les « célibataires » recevant des propositions de sites de rencontre.

Le problème avait été signalé dès 2014, et depuis, les ados n'étaient plus supposés être placés dans certaines catégories-cibles. Mais des expériences similaires ont montré qu'en 2017 et 2019, rien n'avait changé. La marque au gros pouce en l'air montre soit son incompétence, soit son imposture.

Lire aussi

Le cas Trump

Le 5 mai, c'était la décision de ne prendre aucune décision sur la suspension des comptes Facebook et Instagram de Donald Trump, instaurée à la suite de l'assaut du Capitole le 6 janvier dernier.

Suspension prononcée le 7 janvier, alors que Joe Biden était déjà élu, pour montrer combien le réseau social était responsable, alors que cela n'avait jamais été envisagé pendant les quatre années d'inepties postées par l'ex-président.

Facebook se targue d'[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles