La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +0,70 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    47 371,28
    -1 346,34 (-2,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,29 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    -0,08 (-0,12 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,95 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,42 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,85 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Création, production... Ce livre épingle les dérives de la mode

·2 min de lecture

INTERVIEW - Création, production, manipulation, avec Le livre noir de la mode paru en mars, l’historienne Audrey Millet épingle tous azimuts un secteur qui peine à se remettre en question.

Chercheuse en histoire de l’Art et ancienne petite main du stylisme passée par Dior ou Jérôme Dreyfuss, Audrey Millet avait commencé des recherches pour un livre sur la création, le plagiat et l’adoption des modes. Mais face à l’ampleur des dysfonctionnements dans l’industrie de l’habillement actuelle, elle a conçu ce livre noir pour pointer les problèmes. Elle conserve une fascination pour le vêtement, "utile tous les matins" et qui apporte du "bonheur".

Challenges - Le prix du vêtement "fast fashion" est très bas, vous l’estimez à 17,21 euros en moyenne pour une marque comme Forever 21. Comment en est-on arrivé là ?

Audrey Millet - L’industrie s’est mondialisée, les prix et ceux des matières premières ont été baissés au maximum pour que l’on puisse consommer plus. Aujourd’hui, la production d’un vêtement ne représente plus que 6% de son prix, la publicité est montée à 12%. Tout cela se fait au mépris des droits humains dans certains pays et les pays émergeants n’émergent jamais. Le problème se fait entendre , mais le développement de la confection est ponctué de catastrophes humaines, telles que l’incendie de l’usine Triangle à Shirtwaist à New York en 2011 ou le Rana Plaza en 2013, puis Tanger, puis le Caire. Il y a aujourd’hui encore des esclaves du textile à Leicester en Angleterre, au cœur de l’Europe. Les conditions de travail ont toujours été détestables dans le secteur du textile.

J’habite à Lille, une ville où il y a beaucoup de pauvreté. Je ne veux pas montrer du doigt la mère de famille qui offre à ses enfants d. Certains font comme ils peuvent, mais pour les autres, il faudrait augmenter les prix et informer. Le consommateur ne sait plus se repérer dans les étiquettes. Ce devrait être à l’Etat ou à l’Europe de le protéger, de lui indiquer clairement où et comment ces pièces sont fabriquées.

Comment les pratiques de l’industrie de la mode ont-elles évolué ces dernières années ?

En parallèle, la publicité s’est lancée dans une manipulation des clients pou[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi