Marchés français ouverture 8 h 14 min
  • Dow Jones

    33 587,66
    -681,50 (-1,99 %)
     
  • Nasdaq

    13 031,68
    -357,75 (-2,67 %)
     
  • Nikkei 225

    28 147,51
    -461,08 (-1,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,2080
    -0,0072 (-0,59 %)
     
  • HANG SENG

    28 231,04
    +217,23 (+0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    43 319,69
    -3 821,45 (-8,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 475,23
    -88,60 (-5,67 %)
     
  • S&P 500

    4 063,04
    -89,06 (-2,14 %)
     

La CPME craint le rebond des défaillances d'entreprises, “dans une fragilité extrême”

·1 min de lecture

La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) craint le pire. L'organisation patronale a exprimé, mercredi 28 avril, sa peur de voir les défaillances d'entreprises connaître un très fort rebond, après avoir baissé de 39% en 2020. "Sur 12 mois glissants à partir du moment où on va commencer à débrancher les mesures de soutien, on estime que la sinistralité peut osciller entre 65.000 et 100.000 défaillances d'entreprises", a déclaré le président de la CPME, François Asselin sur BFM Business.

En 2020, la Banque de France a recensé un peu plus de 31.000 défaillances d'entreprises, soit environ 20.000 de moins qu'en 2019, en raison des mesures de soutien gouvernementales face à la crise du Covid-19 comme le chômage partiel, les PGE (prêts garantis par l'Etat) et le fonds de solidarité, ainsi que grâce à des délais plus longs pour déclarer les situations de cessation de paiement.

>> A lire aussi - Epargne, impôts, donations, congés payés... les propositions chocs de la CPME pour soutenir les entreprises

Le rattrapage de la baisse des défaillances en 2020, "on va le subir à un moment ou à un autre", selon François Asselin. "Quand les entreprises qui étaient sous perfusion ne vont plus l'être, elles vont péricliter, parce qu'elles vont se retrouver pour certaines d'entre elles en cessation de paiement", a-t-il prédit.

Citant une étude publiée fin mars par le cabinet Altares selon laquelle près de 80% des entreprises défaillantes sont liquidées directement sans passer par (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Son Uber finit dans un canal, mais la passagère doit quand même payer la course
L'activité du Groupe ADP, clouée au sol par la crise, plonge de 50% en 2021
Chez BNP Paribas, le nombre de salariés "millionnaires" au plus haut
Mediapro paiera-t-il ce qu’il doit encore à la Ligue de football ?
Dassault Systèmes : résultats supérieurs aux prévisions, la cible de bénéfice net par action réévaluée