Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 989,83
    -97,55 (-0,25 %)
     
  • Nasdaq

    16 207,51
    -67,43 (-0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    40 109,23
    +198,43 (+0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,0858
    +0,0019 (+0,17 %)
     
  • HANG SENG

    16 595,97
    +6,53 (+0,04 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 012,68
    +4 258,36 (+7,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 130,95
    -6,13 (-0,12 %)
     

CPF : pourquoi vous risquez de devoir rembourser votre formation si vous ne la finissez pas

©Capital/Freepik

La lutte contre la fraude au compte personnel de formation s’intensifie. Un décret, paru en fin d’année dernière, clarifie les obligations des utilisateurs de leur CPF. C’est désormais inscrit dans la loi : «Lorsque la Caisse des dépôts et consignations (l’organisme qui gère le CPF, NDLR) constate un manquement du titulaire d’un compte personnel de formation aux engagements qu’il a souscrits, elle peut, selon la nature du manquement, suspendre temporairement la prise en charge des formations dont il bénéficie ou dont il demande à bénéficier.»

Mais de quels engagements parle-t-on ici ? Lorsqu’ils utilisent leur CPF, les Français doivent s’inscrire aux évaluations, à l’examen ou au concours visant à obtenir une certification à l’issue de leur formation et, logiquement, ils doivent également s’y présenter. Si ces engagements ne sont pas respectés, les utilisateurs du CPF risquent donc une suspension temporaire du financement de leur formation… voire une obligation de remboursement intégral des sommes versées dans ce cadre.

En réalité, ces obligations ne sont pas vraiment nouvelles. «C’était déjà prévu dans les conditions générales d’utilisation du CPF, mais ces règles étaient incompréhensibles. Surtout, les Français les lisent rarement», signale Arnaud Portanelli, cofondateur de Lingueo, un organisme de formation dédié à l’apprentissage des langues. En inscrivant noir sur blanc cet avertissement dans la loi, ce dernier devient donc plus lisible. «Et quand on sait qu’une obligation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Réforme du congé parental : Emmanuel Macron annonce un nouveau «congé de naissance» de 6 mois
La religion en entreprise, un sujet tabou et inflammable
Statut ETAM : définition, classification et grille de salaire
Parcoursup : 5 conseils pour mettre toutes les chances de votre côté
Baisse des droits au chômage, formation… les pistes déjà sur la table pour doper l’emploi des seniors