La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 091,26
    -181,85 (-1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

CPF : allez-vous devoir payer une partie de votre formation de votre poche ?

Adobe Stock

Le compte personnel de formation est un précieux outil pour tous ceux qui souhaitent se reconvertir ou se former pendant leur vie professionnelle. Mais il pourrait subir un sérieux coup de rabot. Selon un article des Échos du dimanche 6 novembre, le gouvernement pourrait dans un proche avenir vous faire obligatoirement payer une partie de la formation. Une bien mauvaise nouvelle, si elle est confirmée, pour les 40 millions de bénéficiaires du compte personnel de formation (CPF). Car le dispositif, financé par le patronat, serait victime de son succès : il aurait coûté près de 7,1 milliards d'euros depuis son lancement fin 2019.

Pour rappel, les travailleurs (à l’exception des agents de la fonction publique) cumulent depuis fin 2019 des euros sur leur CPF : 500 euros par an dans la limite de 5.000 euros pour les salariés, 800 euros par an pour les travailleurs sans qualification ou les travailleurs handicapés, avec un plafonnement à 8.000 euros. Grâce à ces droits acquis sur leur CPF, les Français peuvent faire financer un grand nombre de formations (plus de 300.000 formations sont proposées), parfois sans avoir à dépenser un seul euro. Mais les choses pourraient changer.

Une réflexion sur la participation de l'utilisateur à la prise en charge d'une partie de sa formation à des fins de régulation est bien en cours, a confirmé une porte-parole de Carole Grandjean, la ministre déléguée de la Formation et de l'Enseignement professionnels interrogée par nos confrères. Le gouvernement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Chômage : malgré la polémique, des familles toujours privées d’allocation de présence parentale
Voici les secteurs qui recrutent le plus de cadres, région par région
10 questions (assez) faciles pour tester votre orthographe : la fin
Egalité salariale : les femmes travailleront "gratuitement" à partir de vendredi
Faut-il avouer son stress quand on a une promotion au travail ?