La bourse est fermée

Le coworking, un business en pleine mutation

La folie des bureaux partagés souffle sur l’Hexagone. Arrivé en France au tournant des années 2010, le coworking a vu son marché tripler ces trois dernières années, selon Patrick Levy-Waitz, président de la fondation Travailler autrement, qui estime à 2.000 le nombre de ces espaces dans notre pays. "Le marché du travail compte de plus en plus de travailleurs indépendants qui cherchent des lieux où construire des relations, décrypte ce spécialiste. Le consultant free-lance, par exemple, utilisera les services de son voisin d’open space, spécialiste de communication."

A Paris, les espaces de travail partagés représentent désormais entre 1,2 et 1,3% de l’offre de bureaux, contre 8% à Londres et Amsterdam. Terrain de jeu privilégié des gros acteurs du secteur - l’américain WeWork, le français Wojo (ex-Nextdoor), Spaces ou encore Morning Coworking -, la capitale voit fleurir de nombreux lieux au design soigné, avec leurs conciergeries, leurs cours de fitness, leurs espaces de restauration… Un mix qui séduit au-delà des free-lances. "Notre cœur de cible, ce sont les TPE et les start-up en quête d’espaces flexibles, capables de s’adapter facilement à leur développement", souligne Stéphane Bensimon, le DG de Wojo. Même les grandes entreprises s’y mettent et y installent des équipes projet ou des départements entiers de R&D.

20% des espaces de coworking accueillent désormais des salariés de grands groupes. La répartition globale entre salariés et indépendants reste stable à environ 50-50.

"Les grands noms du coworking occupent le devant de la scène, mais l’immense majorité des espaces partagés appartiennent à des acteurs privés indépendants", nuance toutefois Patrick Levy-Waitz. Près de la moitié d’entre eux n’offrent qu’une vingtaine de postes de travail. Surtout, après Paris et les grandes métropoles régionales, le phénomène gagne désormais les petites villes et les zones rurales et périurbaines. L’occasion rêvée pour le gouvernement d’en faire un outil pour dynamiser les "territoires".

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Encre, papier, imprimante, congélateur… en confinement, c’est la ruée sur ces produits
Le pétrole bondit, Donald Trump s’attend à un accord entre la Russie et l’Arabie saoudite
Et si les municipales étaient reportées au mois d'octobre ?
Avertissements envoyés, transmissions au procureur… la Hadopi dévoile son bilan
Le CAC40 indécis, plus de 200.000 cas de coronavirus aux Etats-Unis