La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2152
    +0,0018 (+0,15 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 422,05
    +257,03 (+0,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 509,88
    +1 267,20 (+522,17 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

Covid: le tri des patients à l'hôpital est déjà une réalité

·2 min de lecture

TRIBUNE - Les services de réanimation sont submergés si bien que la question du choix des patients à traiter en priorité est une réalité pour les soignants. L'avis de Guillaume Von der Weid, philosophe et consultant santé.

A la suite de la propagation exponentielle du virus, les services de réanimation des hôpitaux . Les patients qui ont besoin de soins intensifs commencent à être triés. Les soignants . ​Paradoxalement, ce n'est pas le choix lui-même qui pose problème. Décider qui meurt, les soignants le font tous les jours pour des patients en fin d'une vie que la médication sédative abrège. Le problème, c'est le critère de choix, c'est-à-dire la dimension pertinente déterminant qui mérite de vivre. Or, ériger une finalité supérieure aux êtres humains, fût-elle de sauver des vies, est précisément ce que Kant juge immoral.

Lire aussi

Le tri est omniprésent

​Dans la société pourtant, le tri des individus est omniprésent : qui entre ou pas, obtient tel privilège, est nommé à tel poste, bénéficie de telle allocation. On peut distinguer cinq grands principes légitimes de sélection : celui du premier arrivé (à un bureau de poste), du plus méritant (à un concours), du plus riche (à une enchère), du plus utile (à une société) ou encore du plus nécessiteux (d'une ressource). Or là non plus, les modes de sélection ne posent pas problème en tant que tels. Je n'ai pas moins de valeur en tant qu'être humain parce que je suis précédé dans une queue de cinéma ou un ordre protocolaire, ni battu à une enchère, ni recalé à un concours, ni exclu d'une aide sociale.

La sélection devient contestable quand elle rompt l'égale dignité des individus en les privant de l'essentiel, quand par exemple des pionniers s'accaparent toutes les terres disponibles, quand un concours discrimine des populations, quand seule la richesse donne accès à des biens primordiaux comme le logement ou la santé, quand un hôpital militaire ne soigne que les soldats qui peuvent retourner au combat, ou encore quand un système d'aide sociale stigmatise ses bénéficiaires. La logique de sélection prévaut alors sur l'égale dignité des individus, puisqu'elle détruit l'existence de certains selon un ordre de classement extérieur à eux. C'e[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi