La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    43 623,45
    -4 488,96 (-9,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Covid et santé mentale au travail : ça va mieux… mais pas trop

·2 min de lecture

Comment s’est passée cette deuxième rentrée sous le signe du Covid ? Un peu mieux mais pas trop, si l’on en croit les résultats du dernier baromètre Empreinte humaine/OpinionWay, le huitième depuis le début de la crise sanitaire. L’institut de sondage a interrogé en ligne un panel représentatif d’un peu plus de 2000 salariés quelques semaines après la rentrée, du 28 septembre au 7 octobre.

Quelle interprétation a fait des résultats le cabinet Empreinte humaine, spécialisé dans les risques psychosociaux et la qualité de vie au travail ? D’abord, un constat positif : si l’on observe les indicateurs de détresse psychologique, les choses semblent aller un peu mieux. 38% des salariés interrogés sont concernés, soit 6 points de moins que la vague de mai 2021 ; la part de salariés en détresse psychologique élevée baisse aussi, à 12% (17% en mai 2021).

Même constat si l’on s’intéresse au risque de dépression impliquant le recours à un traitement médicamenteux : il concerne désormais un tiers des salariés (- 3 points). Parmi les explications avancées par le cabinet : les « actions de sécurité psychosociale » mises en place par un tiers des entreprises, qui auraient un effet bénéfique direct sur la santé psychologique des salariés (et leur fidélité envers leur entreprise).

Changement de priorités

Faut-il pour autant se réjouir de ces résultats ? Pas vraiment, tant les niveaux de souffrance restent élevés. Deux millions et demi de salariés seraient désormais en situation de burn out sévère (+25%), selon les estimations du baromètre. Les managers seraient toujours les plus concernés, à 18%.

Plus généralement, chez certains salariés, l’atteinte à la santé mentale a déclenché un important changement de priorités et de rapport au travail. Il se traduit notamment par des déménagements (35% des télétravailleurs ont changé de domicile) immédiatement favorables à la santé mentale des salariés : les télétravailleurs ayant déménagé présentent 15 points de détresse psychologique de moins que les autres.

La hiérarchie des valeurs semble elle aussi avoir sérieusement évolué avec la crise : 69% des personnes interrogées déclarent ainsi mieux apprécier la valeur de la vie, la moitié ont découvert de nouveaux centres d’intérêt et 47% disent avoir donné une nouvelle orientation à leur vie. Logiquement, environ un tiers de salariés interrogés disent souhaiter rechercher activement un autre emploi après la crise (55% d’entre eux sont en situation de détresse psychologique). 8 salariés sur 10 attendent désormais de leur entreprise qu’elle fasse évoluer ses politiques de qualité de vie au travail.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles