La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1967
    +0,0054 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    14 501,77
    +171,76 (+1,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3313
    -0,0044 (-0,33 %)
     

Covid : quelles différences entre la première et la seconde vague ?

·1 min de lecture

Confinement, le retour. Face à la circulation active de l'épidémie de Covid-19, Emmanuel Macron devrait, selon les informations d'Europe 1, annoncer un nouveau confinement sur l'ensemble du territoire pour une période, reconductible, de quatre semaines. Terrible recommencement pour beaucoup de Français, effrayés par les dégâts économiques d'une nouvelle mise sous cloche, et déprimés de subir une telle épreuve, à la façon d'un jour sans fin. Et pourtant, même si c'est le même virus et la même maladie, la gestion de cette deuxième vague sera forcément différente de la première.

Une différence de prise en charge à l'hôpital

La courbe de la première vague ressemble à s’y méprendre à celle de la première. Si, grâce aux mesures barrières, l'épidémie se répand un peu plus lentement qu'au mois de mars, sept fois plus de personnes sont hospitalisées par rapport au 17 mars dernier. Et il y a d'autres différences notables entre ces deux périodes.

La première, de taille, concerne la prise en charge des malades. En mars-avril, les services de réanimation découvraient tout. Aujourd’hui, ils ont davantage de certitudes, les médecins administrent plus rapidement des corticoïdes et des anticoagulants, efficaces pour lutter contre les symptômes du virus. Et puis, les spécialistes essaient de ne pas systématiser le recours aux respirateurs artificiels, qui causent de gros ravages sur l’organisme, et notamment sur les poumons : ils privilégient désormais l’oxygénation à haut débit.

Autre différen...


Lire la suite sur Europe1