La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 677,64
    +30,33 (+0,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 942,62
    +21,35 (+0,54 %)
     
  • Dow Jones

    33 489,40
    -292,08 (-0,86 %)
     
  • EUR/USD

    1,0535
    -0,0024 (-0,23 %)
     
  • Gold future

    1 809,20
    +7,70 (+0,43 %)
     
  • BTC-EUR

    16 257,37
    -195,56 (-1,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    402,82
    -3,42 (-0,84 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,52
    +0,06 (+0,08 %)
     
  • DAX

    14 370,72
    +106,16 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 476,63
    +4,46 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    11 013,79
    -68,21 (-0,62 %)
     
  • S&P 500

    3 936,57
    -26,94 (-0,68 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,01
    +326,58 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    19 900,87
    +450,64 (+2,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2259
    +0,0021 (+0,17 %)
     

Covid, inflation... Malgré les largesses de l'Etat-nounou, les Français crachent dans la soupe

AFP - Bertrand GUAY

EDITO - Alors que la France est championne du monde des dépenses sociales, du temps de travail et des années passées à la retraite, les Français semblent ne pas s'en rendre compte.

"Protection". C’est le mot revendiqué par le ministre de l’Économie et des Finances : "Les Français sont les mieux protégés en Europe", se félicite Bruno Le Maire. Qui s'en plaindrait? Mais pas étonnant, dès lors, , et que son expression favorite du moment ("à l’euro près") soit moquée, alors que l’Agence France Trésor va chercher autour de 300 milliards sur les marchés financiers en 2023 pour financer notre dette… En réalité ce sont plutôt toutes ces incohérences qui sont les maux/les mots de ce début de quinquennat. Mais au moins les Français devraient s’en réjouir, tant ils paraissent privilégiés à l’heure où un ralentissement de l’activité se profile en Europe.

Bouclier anti-inflation, dépenses publiques, temps de travail, financement de la santé, indemnisation pour les chômeurs… Partout nous sommes quasiment champions du monde des prestations, justifiant le titre de . Conséquence: les pauvres sont moins nombreux. Et l’on aurait pu rajouter au dossier le pouvoir d’achat, qui a encore augmenté de 1,9% en 2021, comme chaque année du quinquennat Macron, sauf en 2020 (- 0,3%), quand la pandémie avait massacré la croissance (-7,8 %).

Pour les retraites, cibles d’une réforme encore une fois repoussée, c'est même caricatural: les retraités français profitent de leurs pensions quatre années de plus que dans la moyenne des autres pays de l’OCDE, à un niveau égal à 74% de leur salaire moyen, soit douze points de mieux qu’ailleurs. Fort logiquement, , là encore quatre points de plus que dans des économies comparables…

Explosion du populisme

Le plus surprenant? Les bénéficiaires de tant de largesses n’en sont même pas reconnaissants, comme le note l’"économiste du bonheur", Claudia Senik: "A condition de vie identique, le seul fait d’être français réduit de 20% la probabilité de s’estimer heureux". Un comble, mais surtout un constat désespérant, car malgré l’Etat-nounou, le populisme est devenu majoritaire dans le pays depuis les dernières élections législatives.

Alors bien[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi