La bourse ferme dans 2 h 3 min
  • CAC 40

    5 828,78
    -1,87 (-0,03 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 707,54
    +2,69 (+0,07 %)
     
  • Dow Jones

    30 924,14
    -345,96 (-1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,1947
    -0,0031 (-0,26 %)
     
  • Gold future

    1 700,20
    -0,50 (-0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    40 602,62
    -1 029,55 (-2,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    969,84
    -17,37 (-1,76 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,63
    +1,80 (+2,82 %)
     
  • DAX

    14 045,58
    -10,76 (-0,08 %)
     
  • FTSE 100

    6 697,93
    +47,05 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    12 723,47
    -274,33 (-2,11 %)
     
  • S&P 500

    3 768,47
    -51,25 (-1,34 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3865
    -0,0029 (-0,21 %)
     

Le Covid impacte (aussi) les prénoms des bébés

·2 min de lecture

Entre inspirations mythologiques, significations positives et héritage familial, les prénoms des bébés nés à l'ère du Covid n'ont rien d'anodin. Beaucoup d'ailleurs incarnent l'espoir d'un monde meilleur.

Le coronavirus a bouleversé nos vies, jusqu'au choix du prénom de nos enfants. Exit les inventions originales et les choix trop classiques peu emprunts de sens, en 2020 et 2021, on baptise nos bébés comme des dieux et déesses mythologiques, avec des sonorités pleines d'espoir et d'optimisme, ou en perpétuant une tradition familiale qui trahit le manque qu'on ressent à l'idée de ne pas pouvoir serrer nos proches dans nos bras.

C'est en tout cas ce que révèlent plusieurs sites leaders dans le domaine au New York Times. L'Américain Nameberry a par ailleurs observé une hausse significative de la fréquentation de sa plateforme pendant la pandémie. Il y a eu environ 4 millions de pages vues de plus pendant les neuf mois qui ont suivi mars dernier, par rapport aux neuf mois qui l'ont précédé, rapporte sa PDG Pamela Redmond. Et côté sélection des noms aussi, le changement est remarquable.

La dirigeante a constaté que les noms dérivés de "significations positives" - comme la lumière et le bonheur - ont "une tendance à la hausse depuis le début de la pandémie", déclare-t-elle. "Les parents sont attirés par ces [options] en ce moment, reflétant l'optimisme qu'un nouveau bébé apporte à votre vie, même lorsque les temps sont sombres".

Elle donne quelques exemples flagrants : sont ainsi particulièrement considérés Zora (d'origine serbo-croate, qui signifie "aube" et suggère un nouveau départ), avec une hausse d'intérêt de 40 %, Alma ("âme" en espagnol) avec une hausse de 37 %, Lucius ("lumière" en latin), 24 %, ou encore Vivienne (du latin Vivus, qui signifie "vivant" ou "vif"), Aurora (déesse romaine du lever du soleil), Felix ("heureux"), Frida ("pacifique") et Zuri ("bon" en swahili). De quoi nous inspirer au passage.

"Les gens veulent insuffler de la force à leurs enfants, parce que nous nous sentons tous effrayés et impuissants en ce moment face à ce virus que... Lire la suite sur le site Terrafemina

Ce contenu peut également vous intéresser :


5 conseils pour être (enfin) prise au sérieux au travail
8 tactiques pour (enfin) dormir avec un homme qui ronfle
Transformer des yeux marrons en yeux bleus ? C'est maintenant possible
Grands-parents : ces 18 étapes qui vous ont filé un coup de vieux
10 mannequins différents qui font du bien à la mode