La bourse ferme dans 3 h 11 min
  • CAC 40

    5 811,36
    -19,29 (-0,33 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 692,91
    -11,94 (-0,32 %)
     
  • Dow Jones

    30 924,14
    -345,96 (-1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,1940
    -0,0039 (-0,32 %)
     
  • Gold future

    1 694,90
    -5,80 (-0,34 %)
     
  • BTC-EUR

    40 149,36
    -1 665,92 (-3,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    957,95
    -29,26 (-2,96 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,20
    +1,37 (+2,15 %)
     
  • DAX

    13 985,23
    -71,11 (-0,51 %)
     
  • FTSE 100

    6 668,28
    +17,40 (+0,26 %)
     
  • Nasdaq

    12 723,47
    -274,33 (-2,11 %)
     
  • S&P 500

    3 768,47
    -51,25 (-1,34 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3830
    -0,0064 (-0,46 %)
     

Covid : le couvre-feu est insuffisant, le gouvernement étudie un "confinement très serré"

·1 min de lecture

Le couvre-feu instauré à 18 heures "ne freine pas suffisamment" la propagation du virus du Covid-19 pour être "pleinement efficace", a déclaré mercredi Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement qui, a-t-il dit, étudie des "différents scénarios". Ces "scénarios" vont "du maintien du cadre actuel jusqu'à un confinement très serré", a-t-il précisé à l'issue du conseil des ministres ayant suivi un conseil de défense sanitaire à l'Elysée.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mercredi 27 janvier

Des "analyses supplémentaires" réclamées pour prendre une décision

Le président Emmanuel Macron a demandé "des analyses supplémentaires" sur ces différents scénarios avant de prendre des décisions, a précisé Gabriel Attal. Mais "le maintien du cadre actuel paraît peu probable", selon le porte-parole, qui a promis "une concertation avec le Parlement et les syndicats" dans les prochains jours.

Le couvre-feu a, selon lui, "une efficacité relative, qui est réelle mais qui n'est pas suffisante à ce stade". Elle "ralentit la progression du virus", mais ce dernier "continue à progresser" tandis que "les variants se développent à un rythme important", a-t-il expliqué. L'épidémie a atteint "un plateau haut", avec "une incidence qui augmente et une pression sur l'hôpital qui augmente". Le porte-parole a également reconnu qu'il y avait "une lassitude chez beaucoup de Français" et "chez nos soignants" face à la crise sanitaire.

...
Lire la suite sur Europe1