La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    51 898,46
    +59,94 (+0,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3842
    +0,0058 (+0,42 %)
     

Covid: pour Berger (CFDT), il faut "faire beaucoup plus en terme d'accompagnement social"

·1 min de lecture
Laurent Berger reçu à Matignon en juillet 2020

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a estimé samedi sur Europe 1 que le gouvernement devait faire "beaucoup plus en terme d'accompagnement social" pour aider les personnes les plus touchées économiquement, socialement et psychologiquement par les conséquences de la crise sanitaire.

"Il faut faire beaucoup plus en terme d'accompagnement social et notamment d'accompagnement du mal-être psychologique en train de se développer dans notre pays", a déclaré M. Berger, prenant l'"exemple" de "la situation psychologique de jeunes et moins jeunes liée aux mesures de restriction".

"C'est très dur économiquement, socialement, psychologiquement, notamment dans les territoires confinés le week-end et donc (...) toutes ces mesures doivent être accompagnées d'un discours empathique mais aussi d'actions concrètes pour prendre en charge les situations", a-t-il poursuivi.

Si "les aides financières sont indispensables (...) il faut accompagner les personnes qui ne voient pas le bout du tunnel", a insisté le patron de la CFDT, en évoquant "ce qui revient le plus" lors de ses "déplacements": "l'incertitude" et "comment on l'accompagne".

"Ce n'est pas une condamnation mais il faut regarder les choses en face", a-t-il ajouté.

ls/bfa/shu