Marchés français ouverture 3 h 37 min
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    29 682,66
    +39,97 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1960
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    28 796,38
    +3,24 (+0,01 %)
     
  • BTC-EUR

    52 780,09
    -78,63 (-0,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 399,50
    +18,55 (+1,34 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     

Covid-19: la vaccination ne suffira pas pour éviter un bond des hospitalisations en France, selon une étude

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

La progression de la campagne de vaccination contre le Covid-19 en France ne permettra pas, sans restrictions supplémentaires, d'éviter un bond des hospitalisations à un niveau supérieur au pic de la première vague, estime une étude de l'Institut Pasteur, publiée mercredi 24 février.

Ce rebond des hospitalisations, en légère baisse depuis début février, serait lié à la progression du variant d'origine britannique du coronavirus, estimé 50% plus contagieux que la souche historique. Il devrait représenter la majorité (56%) des nouveaux cas dès le 1er mars et la quasi-totalité (91%) un mois plus tard, selon les modélisations des chercheurs.

Jusqu'à 4 500 hospitalisations par jour

Dans l'hypothèse où 100 000 doses de vaccins par jour seraient distribuées jusqu'en avril, puis 200 000 par la suite, "on s'attend à avoir 28% d'hospitalisations en moins au 1er avril, et 46% au 1er mai", par rapport à un scénario où on n'aurait pas de vaccin disponible, explique Simon Cauchemez, responsable des modélisations mathématiques des maladies infectieuses à l'institut. "On voit que la vaccination" a un réel "impact sur le système de santé", observe-t-il. Mais même si elle "réussit très fortement à atténuer l'impact des variants", la situation restera "compliquée sans réduction supplémentaire des taux de transmission".

Si le calendrier de ce nouveau pic est difficile à prévoir, "dans la majorité des scénarios on s'attend à ce qu'il y ait une reprise". Le nombre de nouvelles hospitalisations (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi