La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    45 581,12
    -6 786,99 (-12,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Covid-19 : la vaccination par les médecins de ville et du travail démarre à petits pas

·1 min de lecture

La campagne de vaccination française avance à pas timides depuis son lancement fin décembre. Elle a entamé jeudi une nouvelle étape avec la possibilité pour les médecins de ville d'injecter l'un des trois antidotes autorisés en France, celui d'AstraZeneca, pour les 50-64 ans atteints de comorbidités. Ce même public peut aussi désormais se faire vacciner par un médecin du travail au sein de son entreprise. Mais la machine est encore loin d'être rodée. 

Manque d'approvisionnement 

Jean-Luc, Lyonnais de 54 ans, vient de recevoir sa première dose. "J'ai attendu 15 minutes dans le bureau, c'est impeccable." Il sait que le vaccin AstraZeneca est moins efficace que le Pfizer, mais dès que son médecin, Florence Lapica, lui a proposé, il n'a pas hésité. "J'ai un problème de coeur et de l'asthme. Alors quand elle m'a appelé, j'ai dit oui tout de suite. Je préfère être en vie que sur un lit d'hôpital."

EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation vendredi 26 février

Certains patients ont été plus réticents. Le docteur Lapica a donc dû les convaincre avec pédagogie. "Je crois que les patients ont besoin d'informations claires. Il faut le dire aux patients, le vaccin ne protège pas à 100%. Il y a des petits risques d'avoir des courbatures, de la fièvre", explique-t-elle. Outre les réticences de ses patients, Florence Lapica note un autre frein : l'approvisionnement. Elle déplore de n'avoir reçu que 10 doses pour la semaine. Les prochaines arriveront dans huit jours. ...


Lire la suite sur Europe1