Marchés français ouverture 8 h 12 min
  • Dow Jones

    33 919,84
    -50,63 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    14 746,40
    +32,49 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    29 839,71
    -660,34 (-2,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1729
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    34 929,23
    -2 599,15 (-6,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 016,33
    -47,52 (-4,47 %)
     
  • S&P 500

    4 354,19
    -3,54 (-0,08 %)
     

Covid-19 : un traitement d'AstraZeneca réduirait de plus de 70 % le risque d'une forme symptomatique

·2 min de lecture

Le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca a annoncé ce vendredi 20 août des résultats encourageants pour un traitement contre la Covid-19 qui permet de réduire fortement le risque de développer une forme symptomatique de la maladie chez les patients fragiles.

Bonne nouvelle du côté de la recherche de traitements ! Le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca a annoncé ce vendredi 20 août des résultats encourageants pour un traitement contre la Covid-19 qui permet de réduire fortement le risque de développer une forme symptomatique de la maladie chez les patients fragiles. Ce traitement par anticorps, dont le nom de code est AZD7442, n'avait toutefois auparavant pas montré son efficacité sur les personnes déjà exposées au virus. Mais en l'administrant avant d'être en contact avec le virus, les résultats sont là, explique AstraZeneca dans un communiqué. Dans ce cas, il réduit de 77% le risque de développer une forme symptomatique, selon des données de phase 3, c'est-à-dire des essais cliniques de grande ampleur destinés à mesurer sa sûreté et son efficacité. AstraZeneca indique même qu'il n'y a eu aucun cas sévère de Covid-19 ou de décès.

Ces essais réalisés en Espagne, en France, en Belgique, au Royaume-Uni et aux États-Unis ont porté sur 5.197 participants, dont 75% présentaient des co-morbidités. Le traitement a été administré par voie intramusculaire. "Avec ces formidables résultats, AZD7442 pourrait être un outil important dans notre arsenal pour aider les gens qui pourraient avoir besoin de davantage qu'un vaccin pour retrouver des vies normales", souligne Myron Levin,, professeur à l'Université du Colorado aux États-Unis et en charge de l'essai.

"Nous avons besoin d'autres approches pour les personnes qui ne sont pas bien (...)

Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Afghanistan : Facebook, Twitter... le dilemme des réseaux sociaux face aux talibans
Le généreux don d'un couple aux pompiers qui leur ont sauvé la vie
Etats-Unis : une école va payer les parents pour qu'ils emmènent eux-mêmes leurs enfants
Mélenchon, Hidalgo, Jadot… les “grands” candidats à la traîne de la primaire populaire de gauche
Troisième dose de vaccin anti-Covid : Biden se porte volontaire

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles