Marchés français ouverture 1 h 35 min
  • Dow Jones

    31 176,01
    -12,39 (-0,04 %)
     
  • Nasdaq

    13 530,92
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 631,45
    -125,41 (-0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,2170
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 525,91
    -401,85 (-1,34 %)
     
  • BTC-EUR

    26 232,51
    +1 106,06 (+4,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    628,39
    +18,40 (+3,02 %)
     
  • S&P 500

    3 853,07
    +1,22 (+0,03 %)
     

Covid-19: Tokyo demande au gouvernement de déclarer à nouveau l'état d'urgence

·3 min de lecture
Des passants masqués pour se protéger du coronavirus se promènent près du temple Sensoji dans le quartier d'Asakusa à Tokyo le 2 janvier 2021

La gouverneure de Tokyo Yuriko Koike a demandé samedi au gouvernement japonais de déclarer à nouveau l'état d'urgence, alors que la capitale a battu cette semaine son record de contaminations au coronavirus.

"Nous les gouverneurs de Tokyo et de trois préfectures (voisines) avons demandé (au gouvernement central) de déclarer l'état d'urgence (dans nos régions)", a affirmé à la presse Mme Koike à l'issue d'un entretien de trois heures avec Yasutoshi Nishimura, le ministre chargé de la lutte contre le coronavirus au sein du gouvernement.

Qualifiant la situation de "sérieuse", M. Nishimura a dit que l'état d'urgence allait être discuté au niveau du cabinet.

Le ministre a recommandé aux gouverneurs de faire en sorte que les restaurants, les bars et les karaoké ferment plus tôt, à 20H00, et que l'alcool ne soit pas servi après 19H00.

Mme Koike a justifié sa demande en citant l'augmentation du nombre de cas et la pression sur le système médical à Tokyo et dans les trois préfectures voisines de Saitama, Chiba et Kanagawa.

Tokyo doit accueillir l'été prochain les Jeux olympiques qui devaient initialement se dérouler en 2020 mais ont été reportés en raison de la pandémie.

S'il est déclaré, ce sera le deuxième état d'urgence pour Tokyo en liaison avec la crise sanitaire. Le premier, qui avait ensuite été étendu à l'ensemble du Japon, avait duré plusieurs semaines entre avril et mai 2020.

La mesure ne revêt cependant aucun caractère contraignant ni aucune sanction en cas de non-respect. Elle permet aux gouverneurs locaux d'appeler les entreprises à fermer leurs portes et les habitants à rester chez eux.

Aucune information n'a pour l'instant filtré sur la fermeture éventuelle d'écoles.

Le gouvernement espère faire adopter prochainement un projet de loi qui ouvrirait la voie à des sanctions en cas de non-respect des directives gouvernementales.

Le Japon a été relativement épargné jusqu'ici en comparaison avec d'autres pays du monde, avec moins de 3.600 décès depuis qu'il a enregistré son premier cas en janvier 2020, selon des chiffres officiels.

Il a également évité des mesures de confinement sévères mais, avec l'hiver, la situation sanitaire s'est aggravée et des hôpitaux dans plusieurs régions ont tiré la sonnette d'alarme.

Jeudi, Tokyo a enregistré 1.337 nouveaux cas de coronavirus, ce qui a constitué un nouveau record. Le bilan précédent datant de samedi dernier s'établissait à 949 personnes contaminées en une journée. Samedi, 814 cas ont été enregistrés dans la capitale.

Au niveau national, le record a également été battu jeudi avec plus de 4.000 nouveaux cas, selon les autorités.

Le Premier ministre Yoshihide Suga, qui a pris ses fonctions en septembre après la démission de Shinzo Abe pour raisons de santé, est de plus en plus critiqué pour sa gestion de la crise sanitaire. Sa cote de popularité a chuté dans des sondages.

Son gouvernement a été réticent jusqu'ici à décréter l'état d'urgence par crainte des retombées économiques.

nf/sah/ras/pcm