La bourse ferme dans 8 h 12 min

COVID-19 : Le temps de la crise, SVP a valeur de service public et ouvre gratuitement sa base de questions-réponses

latribune.fr
 

Alors que les entreprises ne savent plus à quel saint - ou quel expert, ou quel médecin - se vouer pour trouver des réponses aux multiples questions concrètes que soulève la crise du coronavirus, elles trouvent un soutien, des réponses claires et précises, et surtout, remises à jour en temps réel, tant les décisions gouvernementales, les avancées scientifiques, les dispositifs de prévention peuvent évoluer rapidement. Et ce, auprès de spécialistes qui ont fait leurs preuves, ceux de SVP. Depuis 1935, SVP propose un service d'informations aux professionnels - chefs d'entreprise, DRH, experts comptables, élus, cadres des collectivités...

« Plus grande société d'information juridique BtoB en France, le rôle de SVP est d'éclairer les prises de décisions de ses clients à la fois sur des sujets quotidiens liés au respect du droit - du travail, des affaires, patrimonial et public, et stratégiques, à travers des études de marché et des analyses concurrentielles. Nous offrons donc une sécurité juridique et économique », indique Ludovic Sénécaut, PDG de SVP. SVP ouvre gratuitement, dès ce matin sa base de questions - réponses SVP Echo.

Responsabilités

Car la crise actuelle n'affranchit pas les organisations de leurs responsabilités, envers leurs salariés, leurs fournisseurs, leurs partenaires -bien au contraire. L'apport de spécialistes comme ceux de SVP est crucial, d'autant que nombre de décisions ont été prises dans l'urgence. Comme le télé-travail, par exemple. Mais quelles sont les obligations de l'employeur dans ce domaine en matière d'assurance ? Et quid de la mise en place d'un système de chômage partiel ? De la rupture d'un contrat de CDD ? De la fermeture d'un CFA pour un apprenti ?Et si le chiffre d'affaires est tombé, comme c'est le cas dans nombre d'entreprises, à zéro, la société peut-elle être indemnisée par son assurance perte d'exploitation ? Et si l'établissement, boutique ou

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr