Marchés français ouverture 7 h 22 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 694,52
    +148,34 (+0,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    29 391,26
    -767,75 (-2,55 %)
     
  • BTC-EUR

    26 603,19
    -277,52 (-1,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    653,50
    +6,17 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Covid-19 : "Qui se rend compte que cette situation est une véritable bombe à retardement sociale et humaine ?" s'alarment dix présidents d'Université en France

franceinfo
·1 min de lecture

Dix présidents d'université lancent un cri d'alarme "aux pouvoirs publics" et réclament "instamment la possibilité d’accueillir" leurs étudiants, "dès début janvier, avec une jauge de 50%", dans une tribune publiée mercredi 25 novembre et que franceinfo s'est procuré. Ils ne comprennent pas la différence de traitement entre les lycées et les universités, un "deux poids, deux mesures" qui a provoqué "la stupéfaction" voire "la colère", chez les universitaires.

Une "stigmatisation inacceptable"

Les présidents du réseau Udice, qui regroupe dix universités de recherche intensive de niveau mondial jugent cette "stigmatisation inacceptable", car d'un "point de vue sanitaire, rien ne justifie cette différence de traitement". "Il faut cesser de stigmatiser nos étudiants et nos établissements", insistent-ils. "Qui se rend compte que depuis des mois, des centaines de milliers d’étudiants, notamment celles et ceux arrivant du lycée, n’ont eu essentiellement que des contacts à distance avec leurs enseignants ? Qui se rend compte que cette situation est une véritable bombe à retardement sociale et humaine ?", s'interrogent les présidents d'Université.

"Qui se rend compte que des centaines de milliers d’étudiants, jeunes adultes en construction, sont, malgré nos efforts, de plus en plus livrés à eux-mêmes, avec des situations de détresse psychologique qui (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi