La bourse est fermée

Covid-19 : comment obtenir un arrêt de travail en cas de test positif ?

PeopleImages / Getty Images

2023 sera-t-elle l’année du retour à la normale ? En tout cas, le gouvernement met déjà fin à des mesures, dites exceptionnelles, prises en plein cœur de la crise sanitaire pour freiner la circulation du virus de la Covid-19. Comme le prévoit un décret paru au Journal officiel, samedi 28 janvier, à compter du 1er février, il ne sera plus possible de bénéficier d’un arrêt de travail dérogatoire et sans carence en cas de test positif. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il sera impossible d’être arrêté si vous contractez la maladie.

En fait, c’est comme si la Covid-19 était considérée comme une maladie “lambda”, comme la grippe ou la gastro-entérite. Si vous êtes infecté et que vous présentez des symptômes vous empêchant de travailler - en présentiel ou à distance -, vous serez désormais soumis aux règles de droit commun. Cela signifie qu’il ne sera plus possible de télécharger votre arrêt de travail sur la page dédiée du site de l’Assurance maladie (Ameli) dès la réception du résultat positif de votre test PCR ou antigénique.

Il faudra consulter un médecin qui jugera par lui-même si votre état nécessite un arrêt de travail pour vous reposer. Si tel est le cas, il vous délivrera un arrêt de travail qui sera soumis au délai de carence classique pour toucher vos indemnités journalières de la Sécurité sociale et le complément de salaire versé par votre employeur.

Pour rappel, la carence correspond aux trois premiers jours de votre arrêt de travail pendant lesquels aucune indemnité (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Congés, 32 heures, formation... comment les grandes entreprises fidélisent leurs salariés
Covid-19 : le dispositif d’activité partielle pour les plus fragiles prolongé
Salaire, possibilité de télétravail, diplôme requis... Voici le meilleur job en 2023
La semaine de quatre jours contre une baisse de salaire : un tiers des Français prêt à sauter le pas
Réforme de l’assurance chômage : les nouvelles règles d’indemnisation au 1er février