La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 246,76
    -81,03 (-0,24 %)
     
  • Nasdaq

    13 457,75
    +78,70 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 406,84
    +582,01 (+2,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,2223
    +0,0067 (+0,55 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    35 558,25
    -330,26 (-0,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 211,43
    -41,71 (-3,33 %)
     
  • S&P 500

    4 161,70
    -1,59 (-0,04 %)
     

Covid-19: Nice, Toulouse et Paris sur le podium de la perte d'emploi

·2 min de lecture

Une étude montre que Nice, Toulouse et Paris subissent des pertes d’emplois élevées.

Renommée internationalement pour sa Promenade des Anglais qui caresse la Méditerranée,C’est ce qui ressort d’une récente étude de France Stratégie, le think tank de Matignon, sur l’impact de l’épidémie de Covid-19, région par région. "Comme le reste de la Côte d’Azur, la métropole niçoise est fortement dépendante de son secteur touristique, analyse Clément Dherbécourt, l’un des auteurs. Forcément, avec les restrictions de déplacement des personnes, la fermeture des bars et des restaurants, la richesse créée a plongé en 2020, entraînant d’importantes pertes d’emplois. "

Palme du chômage partiel à Roissy

Privée de ses 50 millions de touristes annuels, Paris, troisième ville la plus touchée, paie aussi au prix fort les mesures de restrictions sanitaires. Selon le Centre régional d’observation du commerce, de l’industrie et des services,t jusqu’à 82 % dans l’hôtellerie. Le quasi-arrêt du trafic aérien a lourdement plombé les deux aéroports franciliens, Orly et Roissy-Charles-de-Gaulle. Le bassin d’emploi de Roissy décroche même la palme du recours au chômage partiel en 2020, avec environ 11 % de la masse salariale concernée, contre 4,3 % en moyenne dans l’Hexagone. De même, Toulouse, dans le trio de tête, subit de plein fouet le ralentissement du secteur aéronautique, locomotive de l’économie locale. Le chiffre d’affaires d’Airbus, qui emploie des milliers de personnes dans la région, a ainsi chuté de 29 %.

A l’inverse, Lille tire son épingle du jeu avec des pertes d’emplois inférieures à la moyenne nationale. "Cette métropole a un tissu économique assez diversifié, détaille Clément Dherbécourt, ce qui lui permet de mieux résister que les villes dépendantes d’un secteur structurellement impacté par la crise sanitaire." un secteur qui a tourné à plein pendant les confinements successifs. La métropole rennaise peut aussi compter sur un tissu dense d’entreprises dans les nouvelles technologies : numérique, industrie 4.0, économie verte, cybersécurité… Autant de relais de [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi