Publicité
La bourse ferme dans 4 h 1 min
  • CAC 40

    7 511,14
    -196,88 (-2,55 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,83
    -95,67 (-1,94 %)
     
  • Dow Jones

    38 647,10
    -65,11 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0702
    -0,0040 (-0,37 %)
     
  • Gold future

    2 343,80
    +25,80 (+1,11 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 576,30
    -853,05 (-1,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 422,45
    +4,57 (+0,32 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,60
    -0,02 (-0,03 %)
     
  • DAX

    17 999,95
    -265,73 (-1,45 %)
     
  • FTSE 100

    8 122,43
    -41,24 (-0,51 %)
     
  • Nasdaq

    17 667,56
    +59,12 (+0,34 %)
     
  • S&P 500

    5 433,74
    +12,71 (+0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2705
    -0,0056 (-0,44 %)
     

Le Covid-19 ne “provoque pas plus de formes graves qu’avant”, affirme Bruno Lina

JEFF PACHOUDAFP

Le Covid-19 continue de frapper ici et là en France. Mais il est difficile de savoir à quel point et de comparer la situation d’un département à l’autre. Ce qui est certain, c’est que l’arrivée du variant Eris début août est bien à l’origine de l’augmentation des contaminations ces dernières semaines. Reste à savoir s’il pourrait, ou pas, sévir encore plus cet hiver, en compagnie des autres virus hivernaux responsables de la grippe et de la bronchiolite. Virologue et membre du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires (Covars), Bruno Lina nous éclaire sur la situation épidémiologique et la conduite à tenir en France.

Les contaminations augmentent encore mais les indicateurs épidémiologiques sont nettement moins précis qu’avant. Ne navigue-t-on pas à vue ?

Bruno Lina : Effectivement, le système de surveillance n’est plus du tout ce qu’il était. Il y a beaucoup moins de données et d’informations. Pour autant, on n’est pas du tout aveugle. En fait, on utilise le même système que pour la grippe. Cela peut être déroutant pour les Français car on les a habitués à un outil extrêmement précis pendant la pandémie. Mais il s’agissait d’une période exceptionnelle pendant laquelle on avait besoin de réactivité et d’évaluer vite l’impact des mesures qui étaient prises avant et après la vaccination contre le Covid-19. Une fois la pandémie disparue, il est normal de retrouver un système qui coûte beaucoup moins cher. Et le système d’information clinique et épidémiologique nous (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

"Emballer les encombrants" : un député Renaissance appelle à des actions rapides dans la lutte contre les punaises de lit
Avions : alerte sur le risque de contamination de l'air
L’Assemblée nationale rejette la nouvelle motion de censure de la Nupes
Football : le LOSC condamné à payer deux millions d'euros à son ex-entraîneur Marcelo Bielsa
EuroMillions : un Français remporte le jackpot de 130 millions d'euros