La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1967
    +0,0054 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    14 482,50
    +152,49 (+1,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3313
    -0,0044 (-0,33 %)
     

Covid-19 : "On n'a pas réussi" à réaliser le "fameux cocktail tester, tracer, isoler", regrette le professeur Eric Caumes

franceinfo
·1 min de lecture

Selon Éric Caumes, chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Pitié Salpêtrière, pour "éviter" le coronavirus, il faut "le fameux cocktail tester, tracer, isoler". Or, malgré l'exemple de nombreux pays comme la Nouvelle-Zélande, Taïwan, Singapour, la Corée du sud, "on a laissé le virus se propager", déplore-t-il le 26 octobre sur franceinfo alors que la France est confrontée à la deuxième vague.

>> Covid-19 : Jean Castex reçoit les partenaires sociaux à Matignon pour évoquer les conséquences économiques de l'épidémie. Suivez notre direct


"On n'a pas été nul", selon lui, car "c'est difficile à faire. Il faut une expérience, beaucoup de personnel et on n'a pas réussi. C'est un virus particulièrement redoutable, si on n'a pas une organisation extrêmement rigoureuse, si on n'est pas extrêmement coordonnés, rapides, malheureusement on est très vite dépassés".

Pour Éric Caumes, c'est notamment au niveau du testing et du tracing que la France n'a pas été assez rapide et efficace.

Normalement, on sait qu'il faut moins de trois jours entre le moment où on repère un cas et le moment où il faut tracer les contacts. En trois jours, on n'arrivait même pas à avoir confirmation du diagnostic du cas, c'était perdu d'avance.

Éric Caumes, chef du service des maladies (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi