La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    41 415,56
    +403,62 (+0,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,51 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

Covid-19 : "Mieux vaut bien vacciner les gens plutôt que de rester avec une population mal vaccinée", affirme un épidémiologiste

franceinfo
·1 min de lecture

Invité de franceinfo mardi 26 janvier, le Professeur Yves Buisson, épidémiologiste, président de la cellule Covid-19 de l’Académie nationale de médecine, affirme être "rassuré" par le maintien d'un délai de trois à quatre semaines entre les deux doses de l'injection du vaccin Pfizer-BioNtech.

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct.

Même si l'épidémiologiste dit comprendre l'option de décaler l'injection d'une seconde dose, amenée par "la pression des évènements, de façon à primo-vacciner un plus grand nombre de personnes", en France, "nous avons choisi de vacciner d'abord les personnes les plus âgées, les plus à risques. Il importait dès lors de leur appliquer le protocole fixé, c'est-à-dire trois semaines ou quatre semaines entre les deux doses", précise Yves Buisson.

Selon le président de la cellule Covid-19 de l’Académie nationale de médecine, cet écart entre les deux injections pourrait allonger les délais de la campagne de vaccination : "Comme cela a été dit, on pourrait vacciner d'emblée 700 000 personnes de plus. Cet avantage va disparaître lorsqu'il faudra, même avec retard, administrer la seconde dose. Ce qui fait qu'au bout de trois mois de campagne de vaccination, on se retrouve au même point. Donc mieux vaut (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi