La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 569,16
    -97,10 (-1,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 083,37
    -74,77 (-1,80 %)
     
  • Dow Jones

    33 290,08
    -533,37 (-1,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1865
    -0,0045 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -10,90 (-0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    29 155,55
    -1 457,71 (-4,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,52
    -51,42 (-5,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,50
    +0,46 (+0,65 %)
     
  • DAX

    15 448,04
    -279,63 (-1,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 017,47
    -135,96 (-1,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 030,38
    -130,97 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 166,45
    -55,41 (-1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    28 964,08
    -54,25 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 801,27
    +242,68 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,3809
    -0,0115 (-0,83 %)
     

Covid-19 : malgré le variant indien, l'Angleterre se déconfine un peu plus

·4 min de lecture

L'Angleterre franchit lundi une nouvelle étape de son déconfinement, malgré l'inquiétude suscitée par la progression rapide du variant indien. Les Anglais peuvent désormais retrouver le chemin des salles de restaurants et des tribunes dans les stades.

Assister à un match de football au stade, manger à l'intérieur d'un restaurant et partir en vacances à l'étranger : les Anglais retrouvent un semblant de normalité, lundi 17 mai, malgré l'inquiétude face à la progression du variant indien, qui pourrait repousser la levée des dernières restrictions liées à la pandémie de Covid-19.

Pays le plus meurtri d'Europe avec près de 128 000 morts, le Royaume-Uni a vu sa situation sanitaire nettement s'améliorer après un long et strict confinement durant l'hiver et une campagne de vaccination menée tambour battant.

Mais des poussées récentes du variant indien, dans le nord-ouest de l'Angleterre et dans certains quartiers de Londres, assombrissent le tableau et pourraient remettre en question la levée de presque toutes les restrictions en Angleterre, prévue le 21 juin.

Nouvel assouplissement des mesures

Tout en incitant à la prudence, le Premier ministre Boris Johnson a estimé qu'il n'y avait à ce stade aucune raison de repousser l'assouplissement de lundi, avec la réouverture des pubs et restaurants à l'intérieur, hôtels, musées, salles de spectacles et stades, avec jusqu'à 10 000 spectateurs.

Interdites depuis de longs mois, les retrouvailles à la maison sont de nouveau autorisées – mais limitées à six personnes ou deux foyers maximum – de même que les vacances à l'étranger, même si seules quelques rares destinations sont exemptées de quarantaine au retour.

En Angleterre, comme au pays de Galles et dans la majeure partie de l'Écosse, il est désormais possible de boire une pinte à l'intérieur d'un pub et de manger dans un restaurant, un soulagement vu la météo peu clémente de ces dernières semaines.

"Une grande dose de précaution"

Boris Johnson a appelé à profiter de ces nouvelles libertés avec "une grande dose de précaution". Dans une vidéo publiée lundi sur son compte Twitter, il a prévenu que pour que le déconfinement soit "irréversible, nous devons suivre les règles et nous faire vacciner quand c'est notre tour".

La vaccination est particulièrement encouragée dans les zones touchées par la propagation du variant indien, très surveillée. Le nombre de cas attribués au variant B1.617.2 au Royaume-Uni a plus que doublé en une semaine, à plus de 1 300 la semaine dernière. Pour enrayer sa progression, le dépistage a été renforcé dans les zones affectées et l'intervalle entre les deux doses de vaccin été réduit à huit semaines (contre jusqu'à trois mois actuellement) pour les plus de 50 ans.

Selon le ministre de la Santé Matt Hancock, il y a "un fort degré de certitude" que les vaccins sont efficaces contre le variant. Depuis le début de la campagne de vaccination début décembre, plus de 36 millions de personnes ont reçu une première dose, et quelque 20 millions ont été totalement vaccinées, soit près de 40 % de la population adulte.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a demandé au gouvernement de la "flexibilité" dans sa campagne de vaccination, pour l'instant ouverte aux plus de 38 ans, afin de vacciner les plus jeunes habitant des zones touchées par le variant indien.

"Lundi de la liberté"

La nouvelle étape du déconfinement, rebaptisé "lundi de la liberté" par le tabloïd The Sun, a laissé le comité scientifique conseillant le gouvernement circonspect.

Celui-ci a estimé qu'il existait une "réelle possibilité" que le variant soit jusqu'à 50 % plus contagieux que celui apparu fin 2020 en Angleterre. Dès lors, a-t-il prévenu, la levée des restrictions pourrait "conduire à une recrudescence substantielle des hospitalisations, similaire ou plus importante que les pics précédents", quand les services de santé étaient au bord de la saturation.

Déjà critiqué pour n'avoir pas immédiatement pris la mesure de l'ampleur de la crise sanitaire au début de la pandémie, le gouvernement s'est défendu d'avoir tardé à agir face à l'émergence du nouveau variant en mettant du temps à durcir les restrictions imposées aux voyageurs venant d'Inde.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles