La bourse ferme dans 4 h 55 min
  • CAC 40

    6 758,78
    +34,97 (+0,52 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 145,80
    +27,85 (+0,68 %)
     
  • Dow Jones

    35 116,40
    +278,24 (+0,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1862
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • Gold future

    1 816,60
    +2,50 (+0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    32 005,66
    -762,91 (-2,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    928,05
    -15,39 (-1,63 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,18
    -0,38 (-0,54 %)
     
  • DAX

    15 690,36
    +135,28 (+0,87 %)
     
  • FTSE 100

    7 132,19
    +26,47 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 761,29
    +80,23 (+0,55 %)
     
  • S&P 500

    4 423,15
    +35,99 (+0,82 %)
     
  • Nikkei 225

    27 584,08
    -57,75 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    26 426,55
    +231,73 (+0,88 %)
     
  • GBP/USD

    1,3934
    +0,0019 (+0,14 %)
     

Covid-19: Londres et Paris s'écharpent sur la quarantaine obligatoire

·2 min de lecture

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a décidé de maintenir la quarantaine obligatoire de dix jours imposée aux voyageurs qui reviendront de France. Une mesure qui jette un froid sur les relations franco-britanniques.

Nouveau coup de froid dans les relations franco-britanniques. Contre toute attente, le Premier ministre britannique a décidé, le vendredi 16 juillet, de maintenir la quarantaine obligatoire de dix jours imposée aux voyageurs en provenance de France. Même vaccinées, les personnes qui reviendront de l’Hexagone devront se soumettre à un isolement total, et justifier de deux tests PCR - le deuxième jour, puis le huitième jour - à compter de leur arrivée. Une décision justifiée par la crainte du variant Bêta, qui circule actuellement sur le territoire, principalement à Mayotte et la Réunion. Le ministre de la Santé outre-Manche, Sajid Javid, a insisté sur le besoin de "prévenir la menace des variants sur nos frontières" et de "préserver les résultats obtenus grâce à notre campagne de vaccination". En clair, le Royaume-Uni veut , qui serait plus sensible à ce variant, et le fait savoir à ses voisins.

La mesure a été fraîchement accueillie de l’autre côté de la Manche. Alors que la France reste classée "orange" sur la liste établie par Londres, au même titre que l’Espagne, ou l’Italie, le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, a condamné une "décision excessive". , "alors que le variant Bêta est sous contrôle", et que "c’est le variant Delta qui nous préoccupe davantage". La France, a-t-il rappelé, n’applique pas de mesures spécifiques à l’encontre des citoyens britanniques. Les contrôles s’en tiennent à des "critères sanitaires", comme la demande d’un certificat de vaccination, ou d’un "motif impérieux", en plus d’un test PCR.

Lire aussi

Et pendant ce temps... "Jour de liberté" au Royaume-Uni

La presse britannique rejoignait, en grande partie, la réaction des autorités françaises - quoique pour des raisons différentes, et disons, plus estivales que diplomatiques. "Les vacances en France tournent au cauchemar", comme le titrait samedi, The Express, . Les journaux anglais s’interrogent, au contraire, sur la cohérence des mesures adoptées ce wee[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles