Marchés français ouverture 4 h 54 min
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    28 561,64
    -538,74 (-1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,2039
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 640,19
    -495,54 (-1,70 %)
     
  • BTC-EUR

    46 567,59
    +617,00 (+1,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 283,35
    +48,93 (+3,96 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     

Covid-19 : l’inquiétude des parcs d’attractions

Par Thibaut Déléaz
·1 min de lecture
En 2020, les parcs d'attractions avaient pu ouvrir avec du retard en juin et avec des protocoles sanitaires comme le port du masque dans les attractions.
En 2020, les parcs d'attractions avaient pu ouvrir avec du retard en juin et avec des protocoles sanitaires comme le port du masque dans les attractions.

S'époumoner sur des montagnes russes dans à peine deux semaines, cela paraît difficile à imaginer. En cette mi-mars, le moment est plutôt au tour de vis sanitaire qu'au relâchement des restrictions face au Covid-19. Les principaux parcs d'attractions prévoient pourtant de rouvrir aux alentours du 3 avril, comme chaque année après la fermeture hivernale. Seul Disneyland Paris, ouvert toute l'année d'habitude, mais fermé depuis le reconfinement fin octobre, a annoncé reporter sine die sa réouverture.

La plupart le reconnaissent toutefois : ça sent le roussi. « L'ouverture le 3 avril semble compromise », lâche Arnaud Bennet, président du Syndicat national des espaces de loisirs, d'attractions et culturels (Snelac) et patron du Pal. Les réunions s'enchaînent avec le gouvernement, mais le brouillard persiste. « On n'a pas trop de visibilité, mais je pense que personne n'en a. »

À LIRE AUSSIÀ Val d'Europe, la magie de Disneyland Paris n'opère plus

Rouvrir en premier

« Si effectivement l'ouverture début avril n'était pas possible, on souhaiterait que nos parcs soient parmi les premiers ERP [établissements recevant du public, NDLR] extérieurs à rouvrir », explique le représentant des parcs. Pas comme au déconfinement en mai 2020, où leur cas avait été renvoyé aux calendes grecques et où Philippe de Villiers avait dû forcer la main d'Emmanuel Macron pour obtenir la réouverture de son Puy du Fou et de tous les autres parcs par ricochet.

Le protocole sanitaire à mettre en [...] Lire la suite