La bourse ferme dans 7 h 52 min
  • CAC 40

    6 251,22
    +17,08 (+0,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 005,77
    +12,34 (+0,31 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1973
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 764,10
    -2,70 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    51 491,59
    -1 582,73 (-2,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,42
    -13,53 (-0,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,58
    +0,12 (+0,19 %)
     
  • DAX

    15 332,79
    +77,46 (+0,51 %)
     
  • FTSE 100

    7 023,06
    +39,56 (+0,57 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    29 012,84
    +219,70 (+0,76 %)
     
  • GBP/USD

    1,3749
    -0,0036 (-0,26 %)
     

Covid-19 : "J'ai eu très peur pendant les 47 jours", une directrice d'Ehpad raconte le confinement volontaire de son établissement au tout début de l'épidémie

franceinfo
·1 min de lecture

"Ma décision a été très brutale, je l'ai prise en quasiment 30 secondes", a confié lundi 8 mars sur franceinfo Valérie Martin, directrice d'un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de Corbas dans le Rhône qu'elle a volontairement entièrement confiné avec ses résidents et son personnel, le 18 mars 2020 au matin, dès le début de l'épidémie. Une expérience qui va durer 47 jours qu'elle raconte dans Moi, Vilanova : Confidences d'un confinement. Valérie Martin est l'une des héroïnes du Covid, mises à l'honneur sur franceinfo en cette journée internationale des droits des femmes.

franceinfo : Avez-vous le sentiment d'avoir fait quelque chose d'extraordinaire ?

Valérie Martin : Mon équipe et moi, on a fait quelque chose d'extraordinaire dans la mesure où aujourd'hui, on ne pourrait absolument plus le refaire. L'année dernière, c'était le bon moment. Quand j'ai annoncé cette décision à mes équipes et aux familles, ils étaient très surpris. En fait, ils ne la comprenaient pas. Ma décision a été très brutale, je l'ai prise en quasiment 30 secondes en constatant que les gestes barrières n'étaient pas respectés. On était un peu avant l'annonce du confinement national. J'ai autorisé les proches à rester encore une demi-heure pour dire au revoir, en sachant que je ne savais pas quand les portes allaient rouvrir. Pendant les premiers jours du confinement, j'ai eu très peur parce que je ne savais pas si les résidents, le personnel ou moi-même avions été (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi