La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 826,25
    +288,90 (+0,92 %)
     
  • Nasdaq

    13 541,39
    +76,19 (+0,57 %)
     
  • Nikkei 225

    29 671,70
    -484,33 (-1,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    -0,0009 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    29 718,24
    -914,40 (-2,99 %)
     
  • BTC-EUR

    41 068,91
    +698,72 (+1,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 003,70
    -11,21 (-1,10 %)
     
  • S&P 500

    3 911,14
    +29,77 (+0,77 %)
     

Covid-19 : en Ile-de-France, la déception des élus face aux doses insuffisantes de vaccin

·1 min de lecture

Lundi marquait le début d'une campagne de vaccination élargie au plus de 75 ans et aux personnes présentant des pathologies à haut risque de complications en cas d'infection au Covid-19. Et déjà, des craintes d'une pénurie de doses et des critiques sur l'organisation sont remontées du terrain. "A chaque fois que des doses arrivent, on les met immédiatement à disposition, on ouvre des créneaux de rendez-vous pour les Français", a assuré ministre de la Santé, Olivier Véran. En Ile de France, de nombreux maires ont reçu des stocks inférieurs à leurs attentes. De quoi enrayer toute une organisation.

Des annulations de rendez-vous

La première journée n'était même pas terminée, qu'à Clamart, dans les Hauts-de-Seine, les équipes municipales devaient déjà décommander les 210 patients qui devaient recevoir une première injection mardi. "Nous sommes obligés de reporter vos deux rendez-vous. Dès la réception des vaccins promis, nous vous rappellerons pour fixer un nouveau rendez-vous", explique tant bien que mal une des interlocutrices de la mairie à une administrée.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Pour Jean-Didier Berger, maire Libres! ex-LR de la commune, c'est l'incompréhension. Il ne digère pas les mails très tardifs de l'Agence Régionale de Santé (ARS). "Il y a cinq jours, on nous a dit qu'on aurait 420 vaccins. Il y a trois jours, on nous a finalement annoncé qu'on aurait que 170 doses pour lundi, mardi et mercredi", explique-t-il. "Franchement, ce n'es...


Lire la suite sur Europe1