La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    52 047,51
    +423,62 (+0,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3842
    +0,0058 (+0,42 %)
     

Covid-19 : en Guadeloupe, la crainte d’une troisième vague grandit

·1 min de lecture

La Guadeloupe est au bord d'une troisième vague épidémique. La hausse des contaminations au Covid-19 y est constante ces dernières semaines. Le variant anglais vient d’ailleurs d'y faire son apparition. Depuis début février, l'île enregistre 25% de cas positifs en plus chaque semaine, dont un quart de variants anglais.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dimanche 28 février

"On constate un relâchement partout"

Pour certains, les coupables sont évidents : il s’agit des touristes, venus en masse lors des fêtes de fin d’année pour profiter du soleil et des règles plus souples. "Plein de gens sont arrivés et on a bien vu qu’ils ne faisaient pas tellement attention. On en voyait entrer dans les restaurants sans masque", confie une habitante.

>> LIRE AUSSIEn Guadeloupe, l'arrivée des touristes ravit les hôteliers mais inquiète les habitants

Mais en Guadeloupe, un autre débat agite l’opinion : le Carnaval, moment essentiel de la culture antillaise. Il a été interdit cette année, même si certains ont défié les forces de l’ordre en sortant défiler. Du côté des autorités, on se garde bien de désigner des responsables et Valérie Denux, la directrice de l’Agence régionale de santé, préfère généraliser. "On constate un relâchement partout. Il suffit de se promener pour le constater. Je sais bien que le masque est embêtant, mais il faut respecter les gestes barrières, la distance et le masque quand il le faut", insiste-t-elle.

L'augmentation des no...


Lire la suite sur Europe1