La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 700,20
    -83,69 (-1,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 632,94
    -52,34 (-1,42 %)
     
  • Dow Jones

    31 175,68
    -226,33 (-0,72 %)
     
  • EUR/USD

    1,2101
    -0,0086 (-0,70 %)
     
  • Gold future

    1 722,00
    -53,40 (-3,01 %)
     
  • BTC-EUR

    39 480,81
    -2 909,93 (-6,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    957,98
    +24,84 (+2,66 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,55
    -0,98 (-1,54 %)
     
  • DAX

    13 782,76
    -96,57 (-0,70 %)
     
  • FTSE 100

    6 468,71
    -183,25 (-2,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 283,45
    +164,02 (+1,25 %)
     
  • S&P 500

    3 840,49
    +11,15 (+0,29 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3954
    -0,0059 (-0,42 %)
     

Covid-19 : on vous explique pourquoi certains masques en tissu sont désormais déconseillés

franceinfo
·1 min de lecture

Les masques en tissu que vous portez pour lutter contre la propagation du Covid-19 ne sont peut-être plus recommandés. Dans un avis dont le contenu a été dévoilé lundi 18 janvier, mais qui n'a pas encore été publié, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande désormais l'utilisation de modèles chirurgicaux ou en tissu de catégorie 1 à cause de l'arrivée de nouveaux variants du virus. Les masques en tissu de catégorie 2 ainsi que les masques artisanaux, moins filtrants, seraient donc à bannir, même si le gouvernement n'a pas encore pris de décision réglementaire à ce sujet.

>> Covid-19 : retrouvez toutes les infos sur l'épidémie de coronavirus en direct

Pourquoi le HCSP a-t-il modifié ses recommandations ?

Depuis le début de l'épidémie, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommandait pour le grand public l'emploi du masque en tissu réutilisable, répondant aux préconisations de l'Association française de normalisation (Afnor), sans distinction. Mais l'émergence de variants du virus a conduit le HCSP à amender ses recommandations. Ces variants, qui circulent activement au Royaume-Uni, en Afrique du Sud ou encore au Brésil, et dont certains cas ont été identifiés en France, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi