La bourse ferme dans 2 h 49 min
  • CAC 40

    6 309,68
    +22,61 (+0,36 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 033,72
    +0,73 (+0,02 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,67 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,2035
    +0,0055 (+0,46 %)
     
  • Gold future

    1 778,40
    -1,80 (-0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    47 213,12
    +2 092,27 (+4,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 290,48
    -101,23 (-7,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,14
    +0,01 (+0,02 %)
     
  • DAX

    15 442,93
    -16,82 (-0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 012,98
    -6,55 (-0,09 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,54 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3938
    +0,0098 (+0,71 %)
     

Covid-19 : Emmanuel Grégoire reconnaît "une forme de précipitation" dans sa proposition de reconfiner Paris pendant trois semaines

franceinfo
·2 min de lecture

Le premier adjoint à la mairie de Paris est revenu sur la piste, évoquée sur franceinfo fin février, de reconfiner intégralement la capitale. Il rappelle aujourd'hui que "c'est la maire de Paris qui fixe la ligne".

"Il y a eu de ma part, dans ces propos personnels, une forme de précipitation qui a laissé penser que nous le proposions alors que nous ne le proposions pas", a réagi dimanche 7 mars sur franceinfo Emmanuel Grégoire. Le premier adjoint à la mairie de Paris est revenu sur sa proposition du 25 février dernier, sur franceinfo, de reconfiner la capitale pendant trois semaines, pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

"C'était une des options qui étaient sur la table, et d'ailleurs, c'est une option qui n'a pas été mise par nous : le Conseil scientifique l'a recommandée en janvier, d'autres pays l'ont fait", a poursuivi Emmanuel Grégoire. "Ensuite, c'est la maire [Anne Hidalgo] à l'issue du débat qu'il y a eu tout le week-end qui a suivi les annonces du Premier ministre et qui a défini la position qui est la nôtre", a ajouté le premier adjoint. "La maire, rappelant que nous étions contre le confinement le week-end, a été très claire : notre objectif collectif c'est de nous projeter non pas sur la question du confinement ou pas, mais sur le meilleur chemin pour aller vers une forme de normalité dans les prochaines semaines et nous nous y employons activement."

Ce n'est pas une humiliation.Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Parisà franceinfo

À la question de savoir si Anne Hidalgo avait été affaiblie par son revirement, Emmanuel Grégoire assure que "la maire de Paris n'est pas affaiblie par son premier adjoint" et que "c'est la maire de Paris qui fixe la ligne". (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi