La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 609,15
    +34,79 (+0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 539,27
    +22,17 (+0,63 %)
     
  • Dow Jones

    30 218,26
    +248,74 (+0,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,2127
    -0,0022 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 842,00
    +0,90 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    15 766,69
    +37,94 (+0,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,19
    -14,05 (-3,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    46,09
    +0,45 (+0,99 %)
     
  • DAX

    13 298,96
    +46,10 (+0,35 %)
     
  • FTSE 100

    6 550,23
    +59,96 (+0,92 %)
     
  • Nasdaq

    12 464,23
    +87,05 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    3 699,12
    +32,40 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    26 751,24
    -58,13 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    26 835,92
    +107,42 (+0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3438
    -0,0015 (-0,11 %)
     

Covid-19 : Didier Raoult "nous a donné une bonne leçon d'utilisation malfaisante des réseaux sociaux et des médias", estime le professeur Eric Caumes

franceinfo
·1 min de lecture

Le professeur controversé Didier Raoult, défenseur de l'hydroxychloroquine pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, "nous a donné une bonne leçon d'utilisation malfaisante des réseaux sociaux et des médias", juge lundi 26 octobre sur franceinfo Éric Caumes, chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Pitié Salpêtrière.

>>> Covid-19 : Jean Castex reçoit les partenaires sociaux à Matignon pour évoquer les conséquences économiques de l'épidémie. Suivez notre direct


Éric Caumes pointe du doigt les erreurs de Didier Raoult, qui a "dit qu'il n'y aurait pas de deuxième vague, que cela ferait autant de morts que des accidents de trottinettes". Il reconnaît que de nombreux médecins ont pu se tromper au début de l'épidémie, mais "certains d'entre nous se sont corrigés plus vite que d'autres".

99% des scientifiques contre 1%, tous autant médiatisés

Le chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Pitié Salpêtrière a aussi mis en cause la responsabilité des médias qui "ont accordé autant d'importance à quelqu'un qui pense globalement comme 1% des scientifiques qu'à quelqu'un qui pense comme 99% des scientifiques. Cela nourrit la controverse, la polémique, mais ce n'est pas très sain, parce que la plupart d'entre nous, plus de 95% des infectiologues, nous étions tous (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi